La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'importance de l'étude de terrain pour le théorique?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
homogeographicus



Nombre de messages : 166
Localisation : qq part en France
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: L'importance de l'étude de terrain pour le théorique?   Lun 7 Nov à 18:56

En me baladant sur les sentiers de grande randonnée, je me suis toujours demandé pourquoi j'avais des impressions curieuses quant à ma perception (distances relatives). scratch
confused

En voyant cela, je me suis dit dit qu'il serait peut bon de faire une petite théorie pour expliquer ces problèmes de distance qui sont quand même des pb très géographiques. A la suite de mes randonnées, j'ai donc pris mon internet en regardant du côté de la relativité (evidemment distance relative a priori). J'ai donc utilisé l'expression la plus simple L2 = rL1. Que faire de plus simple. Après il fallait démontrer pour aboutir au reste mais voila le début : une pure intuition et ensuite une loi de la physique sans rapporta priori avec le monde géographique...Erreur de jusgement sans doute non pas vraiment puisque les tests des expressions de la théorie montraient que manifestement je ne m'étais pas trompé. Alors la question pourquoi??????
En fait c'est lié à l'optique. L'oeil est une lentille convergente particulière qui réalise sur tous les objets du monde une homothétie donc A'B' = rAB
Et voila donc justifié cette fois ci par LES SENS les fondements de la théorie. thumleft

Deux exemples pour illuster le relativisme de l'espace et du temps :
Un permier, voici une image pour se replacer :
http://img430.imageshack.us/img430/4760/topic33cr.jpg

Je regarde le paysage si je prends ma main en écartant mes doigts pour mesurer à "vue de nez" la hauteur du buisson (elle fait 1 m dans le réel mesuré), je reporte mainteant avec mes doigts sans me déplacer sur le paysage : par exemple du côté de Marla => même écartement et pourtant surprise dénivelé 600 m sur la carte.
Je poursuis plus loin avec le même principe, je mesure kle même écart pour le Ption et des Neige et pourtant le mètre de mon buisson fait maintenant 1200 m de hauteur l'échelle n'est plus la même. Pourquoi illusion d'optique liée à la structure de l'oeil. On construit donc un monde fractal reflet de notre perception de la métrique euclidienne (1 m = tjrs 1 m) (les villes, les transports...voir toutes les études Frankhauser et Al..) alors que dans les structures humaines 1 m n'est pas toujours 1 m.

Autre ex cette fois-ci plus orienté vers les transports je suis toujours en randonnée et cette fois ci je m'engage dans un canyon. Je marche assez rapidement (5 km/h) et j'arrive à apercevoir de l'autre côté du canyon la suite du sentier et j'aperçois à peine des gens en train de ses déplacer sur le sentier. mon sentiment en regardant, ils sont lents, même très lents. Puis 20 minutes plus tard je les croisent enfin en les questionnant sur leur temps de trajet, affraid , ils vont plus vite que moi...Pourquoi, plus on est loin, plus les objets semblent se déplacer lentement.
http://img46.imageshack.us/img46/9279/topic18rv.jpg
Alors, le regarde le ciel et je vois une trainée blanche qui zèbre le bleu ; c'est un avion et il apparait completement immobile. 10 minutes plus tard, je regarde à nouveau et je ne le vois plus, il était donc en mouvement et effectivement un avion va à 900 km/h mais il est à 9000 m de mon oeil. cyclops

Tout cela pour dire que je crois après avoir fait ce travail qu'une théorie ou un travail théorique en géographie doit toujours reposer sur l'observation du sensible pour être valide au risuqe de se déconnecter du réel et de raconter n'importe quoi.... Very Happy
Qu'en pensez vous??????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
XXX



Nombre de messages : 24
Localisation : Au Sud de l'Adour
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: pourquoi pas...   Lun 7 Nov à 23:20

Je ne sais pas pourquoi mais je ne parviens pas à être totalement convaincu. Certes tes textes sont bien construits et ne souffrent pas de réelles failles, mais il me semble qu'à chaque fois il manque quelque chose, une vague nuance, un soupçon de doute. Je ne parviens pas à évaluer, sans doute que mes activités actuelles ne me laissent pas le temps de comprendre parfaitement.
Une ou deux petites choses tout de même. Dans ce que tu nous dit là il y a du vrai, mais il me semble que ton argumentation va à l'encontre de ce que tu veux démontrer. Tu nous dit que le terrain est indispensable à la théorie et en fait tu nous montres que nos sens de cessent de nous tromper, notre perception est toujours en train de construire de nouvelles réalités. De fait le terrain, du fait même de la faillite de nos sens, ne ferai que perturber la construction théorique...
Tu oublies aussi trois éléments importants.
d'abord notre culture et notre position sociale va induire assez largement notre rapport à la distance (demande à un touareg ce que signifie "être loin"...)
Ensuite le contexte. Si les gens que tu trouves lent au fond du canyon avaient été habillés en marathonien, tu les aurais sans doute toujours trouvé aussi lent mais tu aurais mis en doute tes sens pour rétablir l'ordre des choses, comme tu le fais pour l'avion. Certes il te paraît immobile mais tu sais qu'il ne l'est pas, et tu n'es pas surpris de ne pas le revoir.
Enfin, et ça découle de la remarque précédente il y a l'expérience. Elle va te permettre de prendre la mesure des limites de ta perception. L'enfant qui se découvre dans le miroir, comme il n'a pas conscience de lui-même et qu'il a en revanche une totale confiance (aveugle!) en ses sens, va être persuadé de découvrir quelqu'un d'autre. Lorsqu'il aura compris la supercherie, à force d'expériences face à cette image de lui, il va prendre conscience de son existence et n'aura plus jamais ne serait-ce que l'impression de raser quelqu'un d'autre le matin.
Je sais que ton propos ne se situait pas réellement à ce niveau mais c'est l'analyse qu'il m'inspire, peut-être parce qu'on n'aborde pas les objets géographiques par le même prisme...
A+0-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
homogeographicus



Nombre de messages : 166
Localisation : qq part en France
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: pourquoi pas...   Mar 8 Nov à 8:26

XXX a écrit:
Je ne sais pas pourquoi mais je ne parviens pas à être totalement convaincu. Certes tes textes sont bien construits et ne souffrent pas de réelles failles, mais il me semble qu'à chaque fois il manque quelque chose, une vague nuance, un soupçon de doute. Je ne parviens pas à évaluer, sans doute que mes activités actuelles ne me laissent pas le temps de comprendre parfaitement.
Une ou deux petites choses tout de même. Dans ce que tu nous dit là il y a du vrai, mais il me semble que ton argumentation va à l'encontre de ce que tu veux démontrer. Tu nous dit que le terrain est indispensable à la théorie et en fait tu nous montres que nos sens de cessent de nous tromper, notre perception est toujours en train de construire de nouvelles réalités. De fait le terrain, du fait même de la faillite de nos sens, ne ferai que perturber la construction théorique...
Tu oublies aussi trois éléments importants.
d'abord notre culture et notre position sociale va induire assez largement notre rapport à la distance (demande à un touareg ce que signifie "être loin"...)
Ensuite le contexte. Si les gens que tu trouves lent au fond du canyon avaient été habillés en marathonien, tu les aurais sans doute toujours trouvé aussi lent mais tu aurais mis en doute tes sens pour rétablir l'ordre des choses, comme tu le fais pour l'avion. Certes il te paraît immobile mais tu sais qu'il ne l'est pas, et tu n'es pas surpris de ne pas le revoir.
Enfin, et ça découle de la remarque précédente il y a l'expérience. Elle va te permettre de prendre la mesure des limites de ta perception. L'enfant qui se découvre dans le miroir, comme il n'a pas conscience de lui-même et qu'il a en revanche une totale confiance (aveugle!) en ses sens, va être persuadé de découvrir quelqu'un d'autre. Lorsqu'il aura compris la supercherie, à force d'expériences face à cette image de lui, il va prendre conscience de son existence et n'aura plus jamais ne serait-ce que l'impression de raser quelqu'un d'autre le matin.
Je sais que ton propos ne se situait pas réellement à ce niveau mais c'est l'analyse qu'il m'inspire, peut-être parce qu'on n'aborde pas les objets géographiques par le même prisme...
A+0-

En fait c'est à la suite d'une réponse à un mail envoyé à une amie que je commence à faire des liens = l'optique oui, les fractals aussi pour quelle raison : la perspective bien sûr ou la vision 3D du monde
En regardant les traités de perpective de mon père, j'ai observé que finalement les procédés qui rendaient compte de la profondeur étaient très proches d'une métrique homothétique ou relativiste ou ce qu'on voudra comme nom pour preuve je me suis amusé à faire un petit dessin de perspective et j'ai remarqué que l'usage des lois de l'optique et donc du miroir rond (convergence avec facteur réducteur : l'oeil) s'appliquait parfaitement chez les architectes.
http://img360.imageshack.us/img360/1960/topic39hk.jpg
http://img360.imageshack.us/img360/7062/optiqueetrelativisme5ww.jpg
En somme, plus on s'éloigne de l'oeil plus les distances sont contractées (suite géométrique).
Cette amie, archéologue, m'a fait remarqué très justement que les grecs tenaient compte de cette déformation par l'oeil pour construire leur bâtiments pour qu'ils paraissent plus droits. Il n'empèche que les villes de l'époque reposaient sur des plans très euclidiens (quadrangulaire pur), ce qui n'est plus le cas actuellement. Quand je regarde autour de moi, je vois des gradients, des ruptures, des formes plutôt organiques un peu à la manière de ce que nous présente Mandelbrot pour les côtes bretonnes. Voila pour la partie objective puisque c'est de ça dont il s'agit. le monde est ainsi fait que l'espace et le temps (Kant) sont des connaissances a priori c a d qu'elle apparaissent à l'esprit intrasequement et sont parfaitement objectives pour une raison elles sont le fruit direct de notre "déformation" de la perception du monde. Dire que quand je regarde le randonneur de l'autre côté du ravin marcher lentement parcequ'il n'est pas habillé en sportif est peut vrai mais je crois que cela intervient (imaginaire) uniquement lorsque l'on se remémore la scène des années plus tard. Dans le présent, l'objectivité de la perception de l'epsce et du temps me semble non seulement dominer mais être la clés véritable. Ajouter toute une charge émotionnelle à une situation est certainement réel mais cela influe sur notre perception de la perspective peut être seulement à 10%. Je vois le randonneurs et j'ai objectivement l'assurance qu'ils vont moins vite que moi car cela est de l'optique pur (la vitesse n'est elle pas v = dx/dt x et t étant intrasequement connu par le cerveau, c'est la structure de l'oeil, la vitesse est donc elle même intrasequement connue).

Donc pour le présent, je ne suis pas d'accord, pas de charge emotionnelle ou très très minime (je vois que...en me remémorant que...alors le sujet est assurément moins rapide...). On est bien dans une logique perçue et non vécue (mémoire).
En revanche, si on touche au futur ou au passé, la différence est nette (il n'y a que le cerveau qui fonctionne : je me souviens que...et par ailleurs il y a des années j'ai vécu...aujourd'hui le peux dire que dans cette situation...je suis le plus rapide...
Il y a une différence majeure entre percevoir une situation, des distances, des vitesses et les raconter à ses petits enfants. "A l'époque, je marchais très vite et en face, je voyais des randonneurs très lents à tel point que je suis sûr qu'ils mettaient deux fois plus de temps que moi." jugement de valeur uniquement mais objectivitité de la perception derrière également amplification d'une situation donnée. Pour illustration le cas de l'avion (aucun jugement de valeur possible) il va objectivement vite ou lentement, dans les faits, il me parait assurément être immobile avec une vitesse de 900 km/h (connu par la mémoire), il a bien une relativité de la vitesse par rapport à la distance à l'oeil à mon sens et on a pas besoin d'aller dans les étoiles pour qu'elle existe (dans les étoiles, cela est obervable au chronomètre pour des c =300000 soit 1 080 000 000 km/h) mais nous ne sommes pas des particules atomiques donc le chrono ca ne marche pas, en revanche le cerveau réalise "relativise" d'une manière totalement imaterielle l'opération).
En fait, quand on regarde des objets proches, on ne voit aucune différence de vitesse mais quand ils sont éloignés le petit ceveau humain est obligé de "relativiser". Je regarde à l'horizon 30 ou 40 km devant moi (pour peu qu'il n'y ait pas d'obstacle ce cas existe aux USA) et je verrais alors la personne parfaitement et elle bougerait à la même vitesse que moi, c'est totalement irrealiste et le cerveau n'est peut pas le faire, nous ne sommes pas des Dieux, il existe bien une distortion de l'espace temps autour de l'individu tout du moins pour le cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
XXX



Nombre de messages : 24
Localisation : Au Sud de l'Adour
Date d'inscription : 08/09/2005

MessageSujet: on est OK   Mar 8 Nov à 20:13

Ce n'est absolument pas ça que je mets en cause, c'est simplement que la perception n'est qu'une donnée de notre être au monde et il est impossible de se dégager de ce qui nous constitue et nous impose de relativiser, à savoir tout le reste de notre cerveau, les endroits où on stocke la mémoire et notre culture, en fait notre être social.
Je ne suis pas d'accord pour dire que l'avion est, dans le présent, assurément immobile. Notre œil le voit immobile mais tout de suite, de façon simultanée, notre raison nous interdit de le penser immobile.
Après, on peut discuter de la façon dont nos sens nous trompent et là ton argumentation est totalement efficace, mais il me semblait que le propos portait sur une autre dimension, celle que j'évoquais moi. Mais je devais me tromper, comme quoi il n'y a pas que les sens qui nous trompent, notre raison aussi a ses failles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
homogeographicus



Nombre de messages : 166
Localisation : qq part en France
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: on est OK   Mar 8 Nov à 23:17

XXX a écrit:
Ce n'est absolument pas ça que je mets en cause, c'est simplement que la perception n'est qu'une donnée de notre être au monde et il est impossible de se dégager de ce qui nous constitue et nous impose de relativiser, à savoir tout le reste de notre cerveau, les endroits où on stocke la mémoire et notre culture, en fait notre être social.

Effectivement je crois qu'on s'était mal compris. J'étudie le pur présent et je reste surtout au niveau de la perception (avec un temps qui n'est qu'un temps présent le temps que je mets pour aller perdre mon pain au coin de la rue) et pour toi, il s'agit plutôt d'une reflection sur le temps long et ce qui se passe en amont dans le cerveau. Alors là effectivement, les logiques sont très différentes et le pb du vécu, de la mémoire devient crucial.
Juger (au sens kantien) sur l'espace x et le temps t n'apporte rien sur la connaissance du "moi" puisque ce dernier n'est pas intrasequement connu et suppose une subjetctivité non seulement très forte mais elle est l'essence même de l'être et ne peut pas être approchée par les notions a priori de la perception. Aussi lorsque l'on raisonne sur le T (temps long), le seul cerveau fonctionne indépendemment de toute perception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'importance de l'étude de terrain pour le théorique?   Aujourd'hui à 14:47

Revenir en haut Aller en bas
 
L'importance de l'étude de terrain pour le théorique?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» trace etrange sur un terrain d'entrainement de golf
» Alimentation de terrain pour EQ6 Pro Goto + PC
» Abri sous terrain 5 & 10 ans
» 83 - Cherche pompe à puits pr désaltérer chèvres en péril
» Diorama terminé : Bataille de Dresde 26 &27 août 1813

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Outils, ressources, réflexion :: Représentation du monde-
Sauter vers: