La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
didine

avatar

Nombre de messages : 343
Age : 35
Date d'inscription : 13/07/2005

MessageSujet: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Lun 8 Aoû à 22:22

Citation :
Les relations entre [la Pologne et la Biélorussie] se sont détériorées après que Varsovie a critiqué le gouvernement biélorusse qui n'a pas reconnu la nouvelle direction de l'Union des Polonais de Biélorussie. La Pologne a reproché à Minsk d'exercer des pressions sur l'Union des Polonais. De mai à juin dernier, les deux parties ont expulsé chacune trois diplomates de l'autre pays. Varsovie a, en plus, rappelé son ambassadeur en Biélorussie pour consultations.
Source: http://fr.rian.ru/world/20050805/41100287.html

La Pologne et la Biélorussie traversent donc à l'heure actuelle une crise diplomatique qui porte sur la minorité polonaise de Biélorussie. Les prochaines élections présidentielles biélorusses se tiendront dans un an, par conséquent les dirigeants du pays essaient de brimer tous les groupes indépendants susceptibles de pouvoir jouer un rôle politique. Cela ne va pas améliorer les relations entre la Pologne et la Russie, qui se sont fortement refroidies après la révolution orange ukrainienne. Moscou accuse la Pologne d'être russophobe et déclare que l'agression récente des enfants d'un diplomate russe dans un parc de Varsovie ne peut être une simple coïncidence.

En Europe de l'Ouest, on entend peu à peu la voix de la Pologne s'élever sur des questions qui concernent ses voisins orientaux. On a tendance à penser que ces prises de position de la Pologne sont récentes. Tout a pourtant débuté après la chute du communisme, lorsque la Pologne a commencé à appliquer dans sa politique étrangère envers ses voisins orientaux un principe qui a été énoncé il y a plus de 50 ans par l'élite polonaise réfugiée à Paris: on ne peut agir dans l'intérêt de la Pologne qu'en menant des politiques n'allant pas à l'encontre de l'intérêt de ses voisins orientaux.

Le président Aleksander Kwaśniewski, dont on connaîtra le successeur cet automne, a tout fait pour développer les relations entre la Pologne et l'Ukraine et pour rapprocher l'Ukraine de l'Europe tout au long de ses deux mandats. Il a notamment travaillé dans ce sens lorsque Leonid Koutchma était au pouvoir en Ukraine, malgré ce qu'on sait de ce dernier. Sans la relation qui existait entre Koutchma et Kwaśniewski, je ne pense pas que la Pologne aurait pu jouer le rôle qu'elle a joué avec la Lituanie lors de la révolution ukrainienne.

L'objectif à long terme de la Pologne est d'être un des pays-clés de l'Union Européenne, d'être en son centre et de ne plus être considérée comme étant à la frontière orientale de l'UE. Nicolas Sarkozy a récemment proposé d'inviter la Pologne aux réunions des "grands" de l'Union Européenne: la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie. La Pologne a sa place dans ce groupe si on prend en compte sa population. Il serait également intéressant que les "grands" écoutent ce que ce pays a à dire. La Pologne connaît très bien la Biélorussie, l'Ukraine et d'autres pays d'Europe de l'Est qui seront amenés à coopérer davantage avec l'Union Européenne dans le cadre de la nouvelle European Neighbourhood Policy. De plus, les nouveaux États-membres d'Europe Centrale et Orientale disent que la Pologne pourrait devenir leur porte-parole au sein de ce groupe.

La "politique orientale" de la Pologne pourrait connaître un tournant cet automne. On prédit une défaite de la gauche (au pouvoir à l'heure actuelle) lors des élections législatives de septembre. Les élections présidentielles se tiendront en octobre et opposeront avant tout Włodzimierz Cimoszewicz, l'ancien Ministre des Affaires Étrangères d'Aleksander Kwaśniewski, à Lech Kaczyński, le maire de Varsovie, qui représente un parti de droite. On sait que les partis de centre et de droite polonais tiennent à entretenir de bonnes relations avec la Russie. Ils pourraient donc s'éloigner un peu de l'Ukraine et des autres pays à l'Est de la Pologne en cas de victoire. Affaire à suivre donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka

avatar

Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mar 9 Aoû à 10:35

didine a écrit:
La Pologne et la Biélorussie traversent donc à l'heure actuelle une crise diplomatique qui porte sur la minorité polonaise de Biélorussie. Les prochaines élections présidentielles biélorusses se tiendront dans un an, par conséquent les dirigeants du pays essaient de brimer tous les groupes indépendants susceptibles de pouvoir jouer un rôle politique. Cela ne va pas améliorer les relations entre la Pologne et la Russie, qui se sont fortement refroidies après la révolution orange ukrainienne. Moscou accuse la Pologne d'être russophobe et déclare que l'agression récente des enfants d'un diplomate russe dans un parc de Varsovie ne peut être une simple coïncidence.
Il en est également question dans le dernier numéro de Courrier international, dont le dossier central est consacré à la Biélorussie.

didine a écrit:
Il serait également intéressant que les "grands" écoutent ce que ce pays a à dire. La Pologne connaît très bien la Biélorussie, l'Ukraine et d'autres pays d'Europe de l'Est qui seront amenés à coopérer davantage avec l'Union Européenne dans le cadre de la nouvelle European Neighbourhood Policy. De plus, les nouveaux États-membres d'Europe Centrale et Orientale disent que la Pologne pourrait devenir leur porte-parole au sein de ce groupe.
C'est tout de même un peu complexe. Certes, la Pologne connaît sans aucun doute mieux l'Ukraine et la Biélorussie que ne peuvent les connaître la France ou l'Allemagne. Il y a toujours ce côté "la grande famille slave". Mais d'un autre côté, les Polonais ne sont quand même globalement pas très aimés chez leurs voisins, et je me demande donc dans quelle mesure ils peuvent constituer un "porte-parole" viable au sein de l'UE. Je ne serais pas étonnée que l'Ukraine ou surtout la Biélorussie préfèrent traiter directement avec des pays comme l'Angleterre, la France, l'Allemagne, l'Italie etc. plutôt que de passer par l'intermédiaire de la Pologne. Malgré les choses qui les rapprochent, il y a aussi beaucoup de choses qui les séparent, notamment si on fouille dans l'histoire.
Ceci dit, ce que peuvent penser l'Ukraine ou la biélorussie ne doit pas empêcher la Pologne de s'intéresser à ces problèmes. C'est de toute façon une bonne chose que la Pologne attire l'attention des autres membres de l'UE sur la situation à l'est, car elle est bien souvent négligée ou ignorée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
didine

avatar

Nombre de messages : 343
Age : 35
Date d'inscription : 13/07/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mar 9 Aoû à 13:32

Sonka a écrit:
Certes, la Pologne connaît sans aucun doute mieux l'Ukraine et la Biélorussie que ne peuvent les connaître la France ou l'Allemagne. Il y a toujours ce côté "la grande famille slave". Mais d'un autre côté, les Polonais ne sont quand même globalement pas très aimés chez leurs voisins, et je me demande donc dans quelle mesure ils peuvent constituer un "porte-parole" viable au sein de l'UE. Je ne serais pas étonnée que l'Ukraine ou surtout la Biélorussie préfèrent traiter directement avec des pays comme l'Angleterre, la France, l'Allemagne, l'Italie etc. plutôt que de passer par l'intermédiaire de la Pologne.
Je me suis mal exprimée. La Pologne jouerait dans ce groupe le rôle de porte-parole des nouveaux États-membres de l'UE d'Europe Centrale et Orientale: la République Tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Slovénie et les Pays Baltes. Bien sûr, il existe des différends et des tensions entre ces pays (les Polonais et les Tchèques ne s'aiment pas trop par exemple), mais ils ont en commun un certain nombre de points de vue, d'objectifs et d'intérêts à défendre. Les nouveaux États-membres d'Europe Centrale et Orientale soutiennent l'idée de Sarkozy car ils disent préférer être représentés parmi les "grands" par le biais de la Pologne que ne pas être représentés du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka

avatar

Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mar 9 Aoû à 16:11

Ah oui, pardon, c'est moi aussi qui ai lu trop vite.
Tout à fait d'accord.
De toute façon, je pense qu'effectivement, la Pologne est amenée à entrer dans le top 5 (enfin, top 6 justement). C'est justifié et c'est une bonne chose pour l'Europe, ça peut apporter un nouveau souffle à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mer 10 Aoû à 1:32

Didine a écrit:
Le président Aleksander Kwaśniewski, dont on connaîtra le successeur cet automne, a tout fait pour développer les relations entre la Pologne et l'Ukraine et pour rapprocher l'Ukraine de l'Europe tout au long de ses deux mandats. Il a notamment travaillé dans ce sens lorsque Leonid Koutchma était au pouvoir en Ukraine, malgré ce qu'on sait de ce dernier. Sans la relation qui existait entre Koutchma et Kwaśniewski, je ne pense pas que la Pologne aurait pu jouer le rôle qu'elle a joué avec la Lituanie lors de la révolution ukrainienne.

J'en profite pour préciser que je compte ouvrir un topique d'ici quelques temps sur la question de l'Ukraine et de la Révolution Orange - j'essaie notamment de réunir un certain nombre de matériaux géographiques à ce sujet. Donc, si l'on en vient à parler de l'Ukraine proprement dite, n'ouvrez pas de topique avant moi ! Je suis en train de faire tout ça bien... profileright un peu de patience.

Citation :
L'objectif à long terme de la Pologne est d'être un des pays-clés de l'Union Européenne, d'être en son centre et de ne plus être considérée comme étant à la frontière orientale de l'UE. Nicolas Sarkozy a récemment proposé d'inviter la Pologne aux réunions des "grands" de l'Union Européenne: la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie.

Rolling Eyes Je ne puis toutefois m'empêcher de penser qu'une telle initiative de la part de M. Sarkozy a quelque chose de très politique...

D'abord on peut s'étonner que ce soit lui qui émette une telle opinion : comme ministre de l'intérieur il n'est pas dans son rôle, comme minitre de l'économie qu'il fut aussi, à peine plus.

Ensuite, il est de notoriété publique que MM. Chirac et Kwasniewki (pourquoi vont-ils en changer ! Je commençais enfin à savoir écrire son nom !) s'entendent très mal. Et que d'une manière générale, M. Chirac estime assez peu les nouveaux pays, et la Pologne en particulier, lui préférant, est pour est, les pays baltes (en particulier l'Estonie, dont la présidente est francophone et francophile)... Or - je le précise pour les non-français de ce forum - MM. Chirac et Sarkozy se haïssent au dernier point. Et le le second se verrait bien successeur du premier.

Enfin ce n'est pas la première fois que M. Sarkozy essaie de se faire une "clientèle" dans les nouveaux pays. Lui même d'ascendance hongroise, il avait fait un véritable "numéro de charme" à la Hongrie, lors d'une assez quelconque rencontre technique entre ministres de l'intérieurs. Et de même je crois en Roumanie.

Si je souligne ce fait, ce n'est pas par pure "gallo-politico-centrisme". Car on peut élargir : il me semble en effet que les relations de la Pologne sont difficiles avec beaucoup de pays :
- Parmi ses voisins slaves, tu as souligné toi-même le problème biélorusse, le vieux ressentiment contre la Russie et la mauvaise entente avec les Tchèques ( Shocked pourquoi cette dernière ? Ils sont bien les seuls qui ne lui ont rien fait dans l'histoire !).
- Avec les Allemands, sans même parler du "silence lourd d'ambiguïtés" (je ne sais plus de qui est la formule, pas de moi) qui avait duré plusieurs mois voire années sous Kohl à propos de la ligne Oder-Neisse (silence en "chien de faïence" des deux côtés), il reste la concurrence économique immédiate de la zone frontière, sans parler là encore de ressentiments historiques.
- Enfin, avec la France, il faut l'avouer, les difficultés ne manquent pas : la droite gaulliste et M. Chirac en tête ne lui pardonnent pas sa vision "atlantiste" des relations internationales. La gauche, elle, a du mal avec son catholicisme identitaire (la volonté farouche de parler de Dieu dans la constitution, et ce qu'il en est resté, moins que ce qu'elle voulait mais déjà plus que les laïcistes français ne pouvaient admettre n'a pas peu contribué à son échec en France, je le crois), voire suppose une perméabilité de ses élites aux théories libérales (sans que je puisse savoir ce qu'il en est réellement). Bref : il me semble que les principaux soutiens de la Pologne en France se recrutent parmi la droite libérale (dont M. Sarkozy) et moindrement, chez les centristes démo-chrétiens. Mais, pour l'instant du moins et surtout en politique étrangère, ils ne dominent pas.

Smile Je précise : il serait évidemment stupide de nier le poids démographique et économique de la Pologne au sein de l'Union : elle fait partie des "grands" de ce point-de vue là.
Mais l'Union est né et a essentiellement fonctionné sur une convergence de vue très rare au sein du "couple franco-allemand", souvent soutenue par des amitiés personnelles (de Gaulle / Adenauer, VGE / H. Schmidt, Mitterand /H. Kohl) - les (mauvaises) blagues entre MM. Chirac et Schröder à Kaliningrad, contre l'Angleterre, tient de la même veine. Noyau autour duquel chaque pays a agrégé sa propre légitimité (l'Espagne, notamment, sauf dans les derniers temps temps de M. Aznar, menant une politique étrangère très discrète et "french-friendly").

Or la Pologne me semble être dans la même situation que le Royaume-Uni depuis trente ans : il n'a pas vraiment réussi à a se fondre dans ce rapport presque fusionnel. Dès lors, même sixième du "groupe des six", j'ai l'impression qu'elle aura du mal à trouver sa place de "gros pays", précisément parce que c'est un "gros pays".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka

avatar

Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mer 10 Aoû à 12:37

Sisyphe a écrit:
- Enfin, avec la France, il faut l'avouer, les difficultés ne manquent pas : la droite gaulliste et M. Chirac en tête ne lui pardonnent pas sa vision "atlantiste" des relations internationales. La gauche, elle, a du mal avec son catholicisme identitaire
Oui, et tu ne parles que du sens France > Pologne . Mais je pense qu'on pourrait noter pas mal de choses dans le sens Pologne > France aussi. Didine pourra en parler mieux que moi, mais malgré l'historique rayonnement culturel de la France en Pologne, je pense que la France a pas mal perdu en popularité à cause de certains passages de l'histoire, tels que l'abandon de la Pologne lorsqu'elle a été envahie par les nazis. Et y'en a peut-être d'autres auxquels je ne pense pas. Et j'ai l'impression aussi que la Pologne ressent de l'agacement face à la vision politique de la France, face à son conservatisme, à ses positions bien arrêtées, à son étasunophobie, à son indifférence pour les voisins orientaux de la Pologne, à son immobilisme, etc. Mais ce dernier point, ce n'est pas typique de la Pologne et de la France, je pense que c'est caractéristique des pays entrant vis-à-vis de l'ancienne garde. Seulement, les autres pays sont plus petits, alors ils la ramènent moins que la Pologne. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
didine

avatar

Nombre de messages : 343
Age : 35
Date d'inscription : 13/07/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mer 10 Aoû à 15:39

Sisyphe a écrit:
Rolling Eyes Je ne puis toutefois m'empêcher de penser qu'une telle initiative de la part de M. Sarkozy a quelque chose de très politique...

D'abord on peut s'étonner que ce soit lui qui émette une telle opinion : comme ministre de l'intérieur il n'est pas dans son rôle, comme minitre de l'économie qu'il fut aussi, à peine plus.

Ensuite, il est de notoriété publique que MM. Chirac et Kwasniewki (pourquoi vont-ils en changer ! Je commençais enfin à savoir écrire son nom !) s'entendent très mal.
À mon avis, Sarkozy fait d'une pierre deux coups. Il cherche à se faire bien voir des pays de l'Est, ce qui pourrait lui servir s'il devient président. En même temps, il met Chirac dans une position inconfortable.

Sisyphe a écrit:
Et que d'une manière générale, M. Chirac estime assez peu les nouveaux pays, et la Pologne en particulier, lui préférant, est pour est, les pays baltes (en particulier l'Estonie, dont la présidente est francophone et francophile)...
J'imagine que tu parles de Vaira Vīķe-Freiberga, la présidente lettonne, qui est en effet francophile et francophone entre autres parce qu'elle a passé de longues années au Canada.

Sisyphe a écrit:
la mauvaise entente avec les Tchèques ( Shocked pourquoi cette dernière ? Ils sont bien les seuls qui ne lui ont rien fait dans l'histoire !)
Les Tchèques et les Polonais se disputent depuis toujours, avec la Hongrie, la place de numéro 1 des pays de la région. Ces trois pays disent d'ailleurs que les PECO se divisent en deux groupes: d'une part la Pologne, la République Tchèque et la Hongrie, qui constituent l'Europe Centrale et d'autre part les autres pays, qui forment l'Europe de l'Est. Les Polonais et les Hongrois se sont toujours bien entendus (un proverbe existant dans les deux pays dit même que les Polonais et les Hongrois sont des frères, qu'il s'agisse d'aller à la guerre ou de boire), il ne reste donc que les Tchèques auxquels se mesurer.

Sisyphe a écrit:
Mais l'Union est né et a essentiellement fonctionné sur une convergence de vue très rare au sein du "couple franco-allemand", souvent soutenue par des amitiés personnelles (de Gaulle / Adenauer, VGE / H. Schmidt, Mitterand /H. Kohl)
Je pense que le moteur franco-allemand commence à caler de plus en plus. Il pouvait encore fonctionner dans l'Europe des 15. C'est plus difficile avec 25 membres dans l'UE (d'où l'idée lancée par Sarkozy), d'autant plus que la France et l'Allemagne ne pourront espérer rejouer un rôle important au sein de l'UE que quand leur situation économique se sera améliorée.

Sisyphe a écrit:
Or la Pologne me semble être dans la même situation que le Royaume-Uni depuis trente ans : il n'a pas vraiment réussi à a se fondre dans ce rapport presque fusionnel.
Le Royaume-Uni peut être un allié de poids pour la Pologne et les nouveaux États-membres sur un certain nombre de points. C'est notamment un des seuls pays à avoir ouvert ses frontières aux travailleurs immigrés des nouveaux États-membres dès leur adhésion à l'UE, alors que la plupart des autres pays ont eu recours à une clause de sauvegarde qui leur laisse plusieurs années de "répit". Les Britanniques ne manquent d'ailleurs pas de le souligner lors de chaque rencontre entre Tony Blair ou Jack Straw avec leurs homologues des pays de l'Est.

Sonka, je suis entièrement d'accord avec tout ce que tu as dit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
didine

avatar

Nombre de messages : 343
Age : 35
Date d'inscription : 13/07/2005

MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   Mar 30 Aoû à 1:46

didine a écrit:
La "politique orientale" de la Pologne pourrait connaître un tournant cet automne. On prédit une défaite de la gauche (au pouvoir à l'heure actuelle) lors des élections législatives de septembre. Les élections présidentielles se tiendront en octobre et opposeront avant tout Włodzimierz Cimoszewicz, l'ancien Ministre des Affaires Étrangères d'Aleksander Kwaśniewski, à Lech Kaczyński, le maire de Varsovie, qui représente un parti de droite.
Finalement non. Laughing Je viens de passer 11 jours en Pologne, les choses ont beaucoup bougé pile quand j'y étais. Cimoszewicz a sans doute déjà perdu les électionsà cause de ce qui a été rendu public par l'opposition, qui a été fouiller dans son passé. Tout se jouera donc entre deux représentants de la droite: le maire de Varsovie, Lech Kaczyński (parti Droit et Justice, conservateur) et un "jeune" de 48 ans président de parti et vice-président du Sejm (l'Assemblée Nationale polonaise), Donald Tusk (parti Plateforme Civique, libéral).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest   

Revenir en haut Aller en bas
 
La place de la Pologne dans les relations Est/Ouest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA PLACE DE L'AMOUR DANS LE COUPLE
» la place de la femme dans l'eglise
» La place de la femme dans l'Islam
» La place de la femme dans l'Eglise catholique romaine
» Rôle et place de l'AVS dans le cours ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Géographies :: Identités, pouvoirs, frontières-
Sauter vers: