La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Organisation spatiale et courants de la géographie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héloïse
Invité



MessageSujet: Organisation spatiale et courants de la géographie   Mer 7 Nov à 17:05

Bonjour à tous,

Je me présente, je suis étudiante en 1ère année de licence de géographie.

Je fais des recherches pour un dossier que je dois rendre.
Il s'agit de définir l'organisation spatiale d'un espace (j'ai choisis la ville de Mexico) à la manière de différents types de géographie à savoir : classique, analyse spatiale, radicale et comportementale.

En gros est ce que vous auriez des pistes (sites, livres ou conseils...) sur ces sujets. J'ai déjà commencé biensûre et je dispose d'une petite bibliographie mais malheureusement les différents "courant" sont peu détaillés et Mexico ne semble pas être la ville sur laquelle il y a le plus d'ouvrages.

Merci pour votre aide !!
Revenir en haut Aller en bas
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 38
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Mer 7 Nov à 18:55

Bonjour et bienvenue,

Une première question : pourquoi Mexico ? (La question est innocente, hein, pas du tout pour dire que c'est un bon ou un mauvais choix.) Si, en cas de gros problème, tu devais changer de ville, le peux-tu ? En 1ère année de licence, il ne s'agit pas encore d'inventer des choses, mais de synthétiser des travaux existants, et on ne te demandera pas d'analyser toi-même à partir de tes propres observations. Dès lors, l'absence nette de travaux sur le sujet (parles-tu espagnol ? as-tu accès à des références mexicaines, qui existent probablement mais, bien entendu, se trouvent dans des bibliothèques universitaires locales ?) peut poser problème.

Une deuxième question : c'est le sujet tel que tu nous as posé ?

Une troisième question : ça s'inscrit dans quel UE ?

Je suppose que dans ta bibliographie tu as déjà intégré les ouvrages de géographie générale du Mexique, notamment Musset, et donc mon conseil sera inutile là-dessus.

En termes de références :
sur la géographie radicale, Guy Di Méo, avec L'Homme, la société, l'espace, me semble une entrée possible.
sur l'analyse spatiale, en intra-urbain, j'ai du mal à voir...
Il te faudra te pencher sur les modèles urbains, sans doute, de la géographie sociale, puisqu'on parle d'organisation spatiale, mais là encore Guy di Méo est une référence solide.

Je te recommande fortement de ne pas négliger la partie consacrée au Mexique dans la Géographie Universelle de Roger Brunet et Violette Rey, tu trouveras (j'en suis presque sûr) une carte de synthèse sur Mexico et de solides explications. (Pour ma part, j'ai consacré une grande partie de mes études à lire et prendre des notes à partir de ces ouvrages. Tout en me détachant de leur "courant".)

Les réponses que tu pourras donner à mes 3 questions me permettront p-e de préciser un peu la réponse.

Bon courage, Smile
Miguel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Héloïse
Invité



MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Jeu 8 Nov à 20:28

Bonjour Miguel,
merci pour ta réponse je vais t'apporter les précisions demandées :

1) Le choix de Mexico : J'avoue ne pas avoir de véritables arguments. J'ai pensé à cette ville car on en a parlé (mentionnée plutôt) dans différents cours et elle pose des problématiques interressantes (même si je ne les traiterais peut être pas dans le dossier : grande mégalopole, croissance démographique et urbaine, problèmes environnementaux). Je me suis dit que c'était une ville assez connu pour laquelle je pourrai trouver des informations plus facilement. Mais le choix n'étant pas limité (on pouvait même choisir un pays entier mais j'ai préféré réduire l'espace) j'aurai pu prendre n'importe quel autre lieu.
Je peux donc changer de ville en cas de "gros problèmes" le tout est de rendre mon dossier dans les temps ( début décembre).
Je peux me dérouiller en espagnol mais je pense pas faire un voyage d'étude pour ce devoir Mr. Green

2) Le sujet est en effet celui que j'ai décrit. Le grand titre est "A la manière de...". L'objectif est d'appliquer les démarches des différents géographes dans une même problématique qui est de définir "L'organisation spatiale d'un espace". Présenter les grandes oppositions qui le structurent, les nommer en décrire le contenue voire le pourquoi.

Ensuite la prof nous a donné un plan un peu plus détaillé. Pour chaque courant on doit :
-faire un résumé du courant
-analyser l'organisation spatiale à la manière du courant.
Enfin faire un tableau comparatif des courants et de leurs visions sur l'espace choisit.
J'ai droit à 6 pages texte (word) et 6 d'illustrations.

3)C'est dans l'UE1 Enseignement fondamentaux de géographie. Le cours (UF) est intitulé "Les grandes questions de base du géographe".


Je me suis procurée en effet l'ouvrage de Musset, interressant mais assez "large".
J'essai désespérément de trouver un plan de la ville de mexico (je peux le faire ! lol).
Pour l'instant j'essai surtout de bien comprendre les différents courants et de rassembler un maximum d'infos sur la structure de la ville ce qui n'est pas une mince affaire...
D'ailleurs est ce que la géographie classique équivaut à "la nouvelle géographie"? Je n'ai trouvé que le 2eme terme dans les livres... Question

Merci encore ! Toute aide ne sera pas gachée !
Revenir en haut Aller en bas
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Jeu 8 Nov à 20:37

Note : inscrivez-vous,chère Héloïse. C'est gratuit, ça n'engage à rien et c'est pratique (MP, messages d'alertes, etc.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 38
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Jeu 8 Nov à 20:58

Sisyphe, pourquoi tu vouvoies les gens ? Mr. Green

Oui, inscris-toi, et puis ça me fera plaisir d'avoir une Héloïse parmi les membres, Héloïse, c'est le nom de la 1ere petite copine de mon neveu, 3 ans et demi tous les deux. geek

Bref.

Bon, sur le choix de la ville, tu n'as pas pris la plus facile. D'une part parce que Mexico, c'est loin et complexe ; d'autre part parce que parfois une ville c'est plus dur à analyser qu'une région. C'est tout à ton honneur.

6 pages de texte, pour 4 courants divisés chacun en 2 parties courant puis analyse, + l'intro + la conclusion, donc ok, grosso modo 1 page et des brouettes par courant. ça me donne déjà une idée.

une autre question : tu es dans quelle fac ?

je te conseille fortement de te tourner vers un formidable ouvrage qui s'appelle Histoire de la Géographie Française de 1870 à nos jours, écrit par P. Claval (Coll. Références, Nathan Université, 543p , Paris, 1999). C'est balaud, j'ai fini, lors de mon déménagement, par jeter les notes que j'avais prises sur ce bouquin qd j'étais en maîtrise. Mais tu en trouves un petit résumé sur ce site et tu gagneras bcp à le lire, en particulier sur la période vidalienne et sur celle à partir de 1945.

Ne néglige pas les encyclopédies de géographie (A. Bailly notamment) ou les dictionnaires de géographie (R. Brunet).

La géo classique, non, ce n'est pas la nouvelle géographie. La géo classique, c'est la géo du père Vidal de la Blache, toujours l'optique de la relation entre l'homme et son milieu, vaguement teintée de déterminisme géographique. Là, on s'attache à décrire la construction progressive d'un espace (urbain dans ce cas précis ; je parie que tu subis des cours d'interprétation de cartes topo ; sers-toi de cette expérience) en relation avec les caractéristiques climatiques mais surtout hydrographiques (présence d'un fleuve qui donne naissance à l'espace urbain ; localisation industrielle en relation avec ceci), topographiques (bassin de Mexico : là, la géo du Mexique de Musset doit sûrement aborder la question, au moins pour évoquer le bassin de Mexico). Alors que la nouvelle géographie, c'est celle qui émerge à partir des années 1950, sous l'influence des maths et de l'économie, et qui rend la géographie obsédée par les chiffres, et les formules mathématiques, on assiste à une "quantitativisation" (Sisyphe : ça se dit, ça ? What the fuck ?!? ) à outrance. La géo radicale, par la suite, a fortement contribué à la critique de cette géo quantitativiste (et heureusement...). A ce propos, je me souviens d'une imbécilité de cette nouvelle géographie : je lisais un bouquin sur je ne sais plus quoi, et je tombe sur une phrase dans ce style (je simplifie, je me rappelle plus bien, mais c'était dans le genre) :
Citation :

Le climat dépend de la température et des précipitations.
Donc, C = f(T), f(P)
Je me souviens d'avoir froncé les yeux et d'avoir retourné mon cerveau 7128 fois en me demandant quel était l'intérêt de transformer une phrase simple et claire en une fonction comme ça.

Le gros problème de la nouvelle géo a été notamment de croire qu'on pouvait aboutir à des lois universelles. Ce que tout bon géographe du début du XXIème siècle trouve absurde. J'exagère un peu.

Je reste en alerte, n'hésite surtout pas à poser des questions, voire à soumettre tes idées, on est là pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Héloïse



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Lun 12 Nov à 16:23

Re bonjour !!

Merci pour tes réponses Miguel !
J'avance petit à petit, j'ai quelques difficultés à trouver des infos pertinentes sur la géographie comportementale (est-ce celle là aussi que l'on appelle culturelle ?; Est ce dans cette partie que l'on parle de tout ce qui est exode rural, phénomène de littoralisation?).
C'est le grand silence tant dans mes recherches à la BU que sur internet. Bon, j'ai tout de même un cours de prévu sur l'aide à la réalisation du dossier et je pense pouvoir y trouver quelques réponses.

Je suis à la fac de Nice, tu connais ?

Je suis en train de remettre fortemment en cause le choix de Mexico. J'ai fait l'erreur de croire qu'il serait plus simple de s'interresser à un petit espace, ça m'apprendra...
L'autre problème qui se pose c'est que, quel que soit mon choix, c'est en faisant que je vais découvrir si c'est pertinent ou pas. Il faudrait que je trouve un espace vraiment propice à mettre en valeurs des phénomènes différents selon les courants.
Je pense à la Chine là encore mes justifications seraient peu "convaincantes" mais j'y ai déjà voyagé et au premier coup d'oeil il y aurait des choses à dire (littoral/intérieur, problèmes avec le Népal...) et puis c'est un peu "d'actualité".
Qu'en pensez-vous ?

Merci encore !

PS : Ca y est je suis inscrite Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oxymore



Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Sam 17 Nov à 11:32

Bonjour Héloïse,

Voilà un petit raccourci de l'épistémologie et des courants au sein de la géographie fait par la grande prêtresse de cette question en France : M-C Robic. Je pense que tu y trouveras les réponses à la plupart de tes interrogations.

_____________________________________________


ÉPISTÉMOLOGIE DE LA GÉOGRAPHIE

_____________________________________

1/ La tension entre localité et universalité
a/ Une épistémologie du mixte ?
b/ La polémique positiviste des 1950’
c/ Critiques « humanistes » et « radicales »

2/ La géographie ds son mouvement
a/ La géographie moderne et la relation nature/culture
b/ La recherche de la géographie face à l’historicité de son objet.
- Une double relativité
- Un monde fini mais différencié : la fin du XIX°
- De l’espace solidarisé au système monde
- Ecosystème sensible et espace critique

3/ Des lieux, des aires, des mots : représentations de l’espace géographique
a/ Repenser l’espace : structures et systèmes
b/ Axiomatisations et théories de la géographie
c/ Réactualiser nature/culture

___________________________________________


- Épistémologie (étym. : étude ou théorie de la science) = 2 styles de la théorie de la science :
→ accent sur les processus les + généraux de la connaissance, leur logique, leur fondement
→ étude spécifique des sciences, voire du développement historiques concret de leurs pbs



La tension entre localité et universalité


Une des tensions de la géographie = celle qui oppose une méthodologie singularisante + une méthodologie universalisante. Elle commence avec la distinction grecque entre chorographie (= représentation sélective d’un ordre formel de la Terre) et géographie (= description à visée exhaustive des lieux et régions).


Une épistémologie du mixte ?

- Fin XIX°, l’approche des localités a prévalu + s’est traduite par la monographie synthétique. => Les géographes ont pris parti pour la « compréhension » plutôt que « l’explication ». Or, l’un des nœuds des conflits contemporains de l’institutionnalisation de la géographie universitaire = affrontement entre 2 régimes de rationalité :
→ la rationalité « standard » de la science, sur le modèle de la physique newtonienne, avec pour normes l’explication par la loi, l’indépendance à l’égard des conditions de lieu et de tps.
→ le modèle de la compréhension, de la recherche des individualités ou des formes. = Une des dimensions de la controverse entre géographes vidaliens + sociologues durkheimiens.

- Conception de l’école française ambiguë. = Une épistémologie mixte qui concilie approches explicatives + compréhensives. L’expression de Vidal, la « vue raisonnée », la condense avec la conception d’une liaison entre géographie générale + géographie régionale.
- Aux Etats-Unis, fin des 30’, Hartshorne (The Nature of Geography) valorise une conception idiographique de la géographie. Il renoue avec une tradition régionale ou de « science chorographique » (Kant, de Humboldt, Ritter, Hettner).
- Deb XX°, les géographies privilégient l’étude des « milieux » (les géographes au tournant XIX°-XX° fondent l’unité terrestre sur un principe biologique). En France, « l’oecologie » (travaux des botanistes Warming et Schimper) valorise une vision biologique du « tout » terrestre + justifie une conception naturaliste de la « géographie humaine » naissante.

=> Selon le poids accordé à la perception ou fonctionnalité, à la nature ou culture, ces individualités = des « paysages » (Allemagne + géographe californien Sauer) ou des « régions » (France).


La polémique positiviste des 1950’

- Aux Etats-Unis, Schaefer (1953) dénonce ss le terme d’ « exceptionnalisme » l’idée selon laquelle la géographie a une méthodologie particulière (intégrative ou science de synthèse) + que ses objets relèvent de l’unicité. Bunge (1962) et Harvey (1969) ont approfondi la critique de la conception idiographique et lui oppose la méthodologie scientifique + la norme de l’explication. = Point de vue positiviste.
Cet alignement de la « new geography » sur l’orthodoxie scientifique => accent sur le rôle du langage, de la mathématique (analyse statistique, géométrie, topologie) + la recherche théorique.

→ Les méthodologies = démarche hypothético-déductive ou modélisation (Haggett, 1965 ; Chorley et Haggett, 1967).
→ L’objet de la géographie = recherche de lois spatiales. => Déplacement du lieu à l’espace.
→ Les modèles = la locational analysis (analyse spatiale) ou les location theories (théories de la localisation) qui se référent aux travaux de l’économiste Lösch et du géographe Christaller (sa théorie de lieux centraux devient le modèle de cette nouvelle géographie).


Critiques « humanistes » et « radicales »

- Réaction à ce paradigme :
→ un courant « humaniste » oppose le lieu et le sens des lieux à l’espace + aux prétentions de son étude objective et prédictive
→ un courant conteste la science positiviste, en critiquant son objet normatif et/ou en lui opposant des théories sociales.

- Johnston (1991), ds sa classification de la géographie humaine anglo-saxonne, estime que 3 groupes concourent au pluralisme de la géographie humaine : « positivistes », « humanistes », « structuralistes » (ou « radicaux »).

- En France. Consensus + fort en raison d’habitudes dialogiques + d’une prégnance de la pensée marxiste. Deux décennies de discussions conduisent à un relatif consensus sur la scientificité de la géographie, l’appartenance de la géographie aux sciences sociales, sa spécificité (= analyse de l’organisation spatiale de la terre).
- La contestation d’un savoir positiviste =
→ critiques sur le scientisme, la prétention à l’objectivité scientifique (cf. géographies « sociale » + « politique »)
→ critiques du projet scientifique ds sa prétention à séparer les faits des valeurs (cf. géographie « humaniste », « culturelle », « des représentations », « phénoménologique »…)

- Ds cette dernière perspective, la géographie doit restituer le sens de « mondes » par définitions vécus. Une référence exemplaire = Dardel (L’Homme et la Terre, 1952). Ds une perspective existentialiste, Dardel pense la géographicité de l’homme comme Heidegger en a pensé l’historicité : appréhension philosophique de la signification de la géographie par rapport au destin de l’homme + signification de la Terre comme base de l’existence humaine. => Dardel oriente le savoir géographique vers les disciplines herméneutiques + devient l’un des emblèmes pour une réévaluation de la géographie (pour une géographie post-moderne). Ce courant = géographie comme « science de l’homme » + privilège accordé au « référentiel-habitant » et au concept de territorialité (Ferrier, 1984).



La géographie dans son mouvement


La géographie moderne et la relation nature/culture.

- La géographie participe à la modernité qui a fondé, depuis la Renaissance, la dualité homme-nature + qui a fait de la nature le cadre ds lequel se déploie l’histoire humaine.
La tradition « environnementaliste » ou « écologique » traite de la détermination des activités humaines par son habitat (= « théorie climatique » ds la géographie de Montesquieu). Tradition du « déterminisme géographique » = persiste au XIX° + convertie en déterminisme géologique ou de l’étendue (Raum) (ex. chez Ratzel).

- Fin XVIII°, la géographie se renouvelle à la faveur de la déchéance de la tradition finaliste (la Terre = demeure providentielle de l’homme). => La portée transformatrice de l’homme est mise au centre de la réflexion sur la relation homme-terre.
La géographie s’oriente alors vers l’étude de la Terre comme T des hommes, lieu concret de l’application de la modernité. Cpt, l’ampleur de la réaction romantique, en géographie, tempère la dissociation nature/culture introduite par la modernité (Humboldt, Reclus).





La recherche géographique face à l’historicité de son objet.

• Une double relativité.
- Avec la révolution technico-scientifique (deb XIX°) : réduction de la terre comme étendue, mvt de rétraction de l’espace-temps. A partir 1830’-40’, Ritter du côté des géographes allemands, les saint-simoniens du côté des penseurs français, envisagent la révolution spatiale suscitée par la substitution de forces mécaniques à la traction organique (la thermodynamique est née). M. Chevalier conçoit la rétraction + l’homogénéisation de l’espace-temps terrestre induites par les techniques de circulation (idée reprise par Reclus).

- La relativité des propriétés de la Terre =
→ un potentiel, une réserve diversement exploitée par les sociétés selon leur capacité technique, leur représentation de la nature ( traiter de la relation hommes-terre en terme de « possibilisme »)
→ le géographe américain Marsh (Man and nature or physical geography as modified by human action, 1864) dresse le tableau des types de dégradations effectuées par l’homme à la surface de la Terre. Reclus s’en inspire ds sa recherche d’harmonie entre la Terre et l’Humanité. = Thème de la Raubwirtschaft (ou « économie destructrice ») qui se retrouvera ds la littérature géographique du deb XX° (ex. la géographie humaine de Brunhes).

=> La gde transformation des XIX°-XX° = passage de la représentation d’une Terre illimitée à celle d’une Terre « finie », puis à une Terre « solidarisée » (ts les lieux sont en interaction spatiale) + enfin à une Terre irréversiblement « dégradable ».

• Un monde fini mais différencié : la fin du XIX°.
- La reconnaissance de la Terre entière (espace-temps en rétraction) s’exprime par la confection des 1ères cartes isochrones globales (1880’-1900’). L’image en est bâtie sur un modèle centre-périphérie : les repères restent les capitales (Londres, Paris, à l’échelle globale), Paris (échelle de la France)…
- La maîtrise des contraintes physiques se traduit par l’ubiquité de l’homme, ss les traits de l’Occidental omniprésent : il a atteint ses limites en profondeur, en altitude, latitude (pénétré les continents, le pôle nord est rallié en 1909…). => L’écoumène s’est étendu aux bornes de la planète + la carte politique la recouvrent totalement (les bilans de Brunhes en France, de Mackinder en Grande-Bretagne).

• De l’espace solidarisé au système monde.
- 1ère mi XX°, prise de conscience de la mondialisation (de la Gde guerre à la crise économique des 30’ et à la 2de Guerre). = Interdépendance générale à la surface de la Terre (la distance n’est + un frein aux relations, les milieux ne constituent + des discontinuités majeures). La projection polaire s’avère la plus pertinente, spécialement en géopolitique.
- La nature paraît homogénéisée par la technique. Les discontinuités géographiques relèvent seulement de l’action, politique notamment. L’expression de « délocalisation » est utilisée en France ds les 50’ pour dénoncer (ex. l’économiste Perroux), l’illusion d’un attachement des choses à un site concret. Un Ullman pense la géographie comme une science de l’interaction spatiale, tandis que la notion de réseau se structure.
- La terre devient pour les géographes le lieu d’une pratique d’aménagement de l’espace. Durant les 60’, le Conseil géographique américain prône une finalité gestionnaire engageant la discipline ds le space managemnt, les géographes français assument une problématique « d’organisation de l’espace », les Allemands une pratique de Raumordnung.
- Ds les 40-60’, les symptômes d’une crise épistémologique en géographie s’ancrent ds la tentation de l’aménagement régional + la représentation de l’humanité en interaction. La conception d’un « système Monde » (fin 80’) repose sur : l’extraordinaire complexification de ce monde solidarisé + sur l’adoption du systémisme en géographie.

• Ecosystème sensible et espace critique.
- 70’, la temporalité de la Terre = bouleversée par la conscience de l’irréversibilité des atteintes produites par l’homme. 2 nouveautés par rapport aux alertes de Marsh : l’échelle s’est agrandie à la totalité terrestre + la notion d’irréversibilité s’est imposée.
=> Incorporation de notions anciennes refoulées (dégradation de l’énergie) + usage de schèmes intellectuels nouveaux liés à l’analyse systémique.

- Le globe humanisé est envisagé comme un écosystème. = Une totalité qui, par l’action humaine, est soumise à des transformations irréversibles. Ce rapport hommes-terre revitalise la veine « environnementaliste ».
- Parallèlement, un autre enjeu surgit des techniques capables de garantir la présence à distance + la communication instantanée. = Elles semblent nier l’espace, promettant l’ubiquité humaine ds l’inertie, par la médiation de l’écran porteur d’images virtuelles.



Des lieux, des aires, des mots : représentations de l’espace géographique


Repenser l’espace : structures et systèmes

- Le paradigme de l’analyse spatiale = ss-tendu par une représentation de l’espace géographique qui l’inclut ds la catégorie de l’espace relatif. Lequel, depuis la Renaissance, a fait se substituer la conception aristotélicienne des lieux (agrégat de points), à celle d’un syst de positions relatives.
La critique de Harvey (1969) a contribué à instituer une conception de l’espace géographique leibnizienne (= structure créée par des activités en relation).

- Pbs méthodologiques :
→ la formalisation de cette conception soulève la question de la légitimité des transferts de modèles issus des sciences humaines, math…
→ la question des échelles et de l’articulation des échelles, l’introduction de concept spatiaux ds les systèmes.


Axiomatisations et théories de la géographie

- S’inspirant de l’épistémologie piagétienne, Nicolas établit la « logique de l’espace géographique » en dégageant les règles implicitement utilisées par les géographes. 3 axiomes définissent la spécificité de cette procédure :
→ l’axiome « chorologique » (= « peut être géographique tout objet au sens statistique du terme qui différencie l’espace terrestre »)
→ l’axiome « de situation » (= « peut être géographique tout objet en rapport spatial avec un objet situé en un autre endroit de la terre »)
→ l’axiome « chronologique » ou « de succession » (= « peut être géographique tout objet dont les rapports non exclusivement spatiaux s’accordent avec des successions observées »).

- Reymond la considère comme une « géochorotaxie » : 2 constructions ne peuvent occuper en même tps le même lieu.

=> La géographie a une problématique propre. Elle analyse la « spatialisation de l’étendue » ou la production de caractères idéaux de l’espace (continuité, isotropie, homogénéité) ds l’espace géographique occupé par les sociétés humaines.
Les théories de la géographie reposent sur l’existence de lois spatiales en nombre limité. Les lois spatiales relèvent du pavage, de l’espacement, de la polarisation.


Réactualiser nature/culture

- A la rencontre d’une comparaison interculturelle + d’une critique de la modernité, Berque se propose de repenser les concepts fondamentaux de la géographie, au prix d’un rejet d’une coupure nature/culture + d’une invention lexicale qui en souligne la portée (= concepts de « médiance » et « trajection »).
- Révision de la place de la géographie physique ds une démarche systémique. = Considérer les « facteurs naturels » comme des « contraintes » parmi d’autres, en interaction avec les éléments d’un système socio-spatial (Marchand, 1980).
- Bertrand G. (1991) argumente pour la substitution de la géographie physique classique (une science naturaliste, objectiviste) par une « interface épistémologique et méthodologique » qui pose la question de la nature ds une problématique sociale. Il envisage un triplet conceptuel constitué du « géosystème », du « territoire » et du « paysage », traités respectivement sur les modes naturaliste, politique et esthétique.




Bon courage pour la suite Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maybe
Invité



MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Mer 8 Déc à 12:53

Ah je vois que je ne suis pas seule a galérer sur ce devoir ! Je suis bien étonnée de trouver une niçoise de ma licence sur internet !
Moi aussi j'ai des problèmes, je bloque tout particulièrement sur la géographie comportementale, et je n'ai hélas plus bcp de temps.

Je suis très contente d'avoir découvert ce forum, je vais également m'inscrire.
Revenir en haut Aller en bas
Marto
Invité



MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   Sam 11 Déc à 19:30

Ah ! cliquer sur le premier site et trouver 1 personne et 1 ancienne de ma promo ! quelle aubaine ^^ je bloque aussi particulièrement sur la comportementale. et je trouve que 6 pages c extrèmement court quand on a beaucoup d'infos à donner ... c'est déjà bon de savoir que les sujets de cette prof restent les mêmes au fil des années ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Organisation spatiale et courants de la géographie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Organisation spatiale et courants de la géographie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Méthodologie : La dissertation de géographie
» "La mer Baltique et son rôle dans l'organisation de l'Europe du Nord"
» Petite réflexion sur la structure spatiale
» Bibliographie sur l'épistémologie de la géographie et les dictionnaires
» La géographie culturelle selon Dominique Crozat et Jean-Paul Volle (Montpellier III)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Outils, ressources, réflexion :: Epistémologie-
Sauter vers: