La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coruscant, planète ville, avenir ou science fiction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
homogeographicus



Nombre de messages : 166
Localisation : qq part en France
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Coruscant, planète ville, avenir ou science fiction   Ven 14 Avr à 13:10

Bonjour,

j'ouvre un autre débat cette fois ci sur la ville, son emprise, comment va évoluer notre monde .
Recemment, un café géographique avait choisi le thème de la ville planète, mythe ou réalité (Coruscant).
Nul n'ignorait jusqu'alors, la trilogie Star wars de l'épisode 4 à l'épisode 6. Les années 2000 nous ont permsi de découvrir un monde futuriste (antérieur aux précédentes histoires épisode I à III) ayant moins de profondeur que les précédents volets mais donnant une dimension géographique plus forte.
Anisi, la nous découvrons avec émerveillement les effets spéciaux de la ville de Coruscant. Une capitale-planète entièrement recouverte par la ville aux prodigieux grattes ciels fonctionnant aussi bien verticalement que horizontalement.
Imaginaire d'un film culte que l'on conçoit être un futur possible dans quelques centaines de milliers d'années. Et si nous nous trompions? Et si cette évolution urbaine était notre futur pour le XXIième siècle. La reponse est possible par la modélisation et apporte les premiers résultats pour une évaluation de l'expansion des zones bâties sans une maitrise de l'étalement.
Le risque faible pour le moment, tend à s'amplifier et la ville pourrait s'embaler pour le futur compte tenu des logiques croissantes de taux exponentiel (au niveau européen basé sur les sta globales de l'AEE).
Coruscant, pour aujourd'hui ou pour demain voire jamais? Quel avis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Coruscant, planète ville, avenir ou science fiction   Ven 14 Avr à 13:36

Perso, j'ai pas vu ces films (je suis pas du tout adepte de la science fiction, question de goûts, et en particulier Star Wars me ferait plutôt fuir). Je trouve intéressante l'idée de se servir des films pour aborder un sujet de géographie, on devrait tous sortir du cinéma ou éteindre le lecteur de dvd en réfléchissant à l'aspect géographique du film en question. Smile

Plusieurs questions me viennent à l'esprit quand j'entends parler de ville-planète, d'étalement urbain, etc.

Tout d'abord, la croissance démographique, en rapport avec l'occupation de l'espace. J'ai oublié les chiffres (je serais drôlement reconnaissant si qqun les avait) sur le % de l'espace de notre planète (hors milieux aquatiques) occupé par l'être humain. Ce % est à la fois grand et petit, mais peu importe dans mon propos. Peut-on imaginer une croissance démographique, alliée à une croissance de l'espace urbain (croissance au sens d'extension spatiale), suffisante pour occuper ne serait-ce qu'un continent ou une péninsule entière (je dis "péninsule" parce qu'en écrivant, j'ai eu un flash et j'ai imaginé la péninsule ibérique entièrement recouverte de ville) ? Je ne sais pas ce qu'en dit la modélisation, ni quels paramètres elle prend en compte (là-dessus, HG, je pense que tu pourras nous en dire plus parce que je l'ignore complètement), mais j'ai tendance à penser qu'il sera difficile d'atteindre une telle situation au XXIème siècle. Qui sait, au XXXIVème siècle, si l'humanité ne s'est pas détruite toute seule par manque d'eau, d'énergie ou de bon sens. Mais dans l'immédiat, l'horizon 100 ans (et même moins, puisque nous sommes déjà au XXIème siècle), me semble trop court.

D'ailleurs, l'évocation futuriste des prodigieux gratte-ciels est parlante. Elle suppose soit des sortes de CBD, soit des zones de résidence importantes (avec équipements etc.), mais toujours, donc, l'existence de "centres", de "centralités", et surtout des densités (au moins locales) élevées, qui représentent encore le contraire de l'étalement à outrance tel qu'on l'imagine dans star wars. A supposer qu'on ait une telle densité dans un certain nombre de points centraux, j'ai du mal à imaginer que l'étalement atteigne des extensions gigantesques aussi vite (XXIème siècle), parce que ça supposerait un temps de transport extrêmement réduit, et vu le temps qu'on met à prolonger un métro, il faut bien compter 50 ans (et je suis gentil) pour développer des réseaux ultra-rapides. Sans compter l'inertie des agglomérations : ce n'est pas instantanément que les agglomérations vont s'étaler à la faveur de cette énorme réduction du temps de transport. Et à supposer, à l'inverse, que de telles densités ne soient pas le signe de "centres", qu'elles soient plus larges, un peu dans le sens des thèses de Virilio, Choay et consorts (la "mer urbaine"), il en faudrait du monde pour couvrir la planète. (je me souviens de Retour vers le futur II, dans lequel, en 2015 - le film datait de 1985 - on voit des autoroutes aériennes, avec des voitures qui volaient, et un système d'échangeurs aériens permettant de "descendre" dans la ville ; une ville structurée exactement de la même façon qu'en 1985, avec son petit centre-ville, un peu futuriste certes, mais sans changement de densité perceptible etc. ; et je me souviens d'un paragraphe - il faudra que je le retrouve, c'était énorme - du Schéma Directeur de la Région Parisienne de 1965, document éminemment sérieux, qui envisageait la probable existence, à court terme, de voitures volantes, mais qui préférait pour le moment ne pas en tenir compte... très drôle à lire en tout cas... cette dernière référence n'a pas bcp de rapport avec les dires d'HG, mais je m'en suis souvenu et ce sont de jolis moments à partager Mr. Green )

Le paradoxe serait alors, pour atteindre ce genre d'étendue (imaginons un petit continent couvert comme ça), qu'on aurait une sorte de concentration sur ce continent de toute la population mondiale, et on pourrait difficilement parler d'étalement à l'échelle de la planète. A méditer (j'ai écrit là vite fait).

Autre problème : en te lisant, je pense que tu as défini la ville par l'espace bâti. Or, si la ville grandit à ce point, certains urbanistes, sociologues et autres parlent de "mort de la ville" : Choay, Mumford, Virilio, Donzelot, sont assez proches de ce point de vue ; et dans les années 1930, Broadacre City était déjà une sorte d'utopie urbaine, où la ville était partout et nulle part à la fois. Certains ont cru voir, au cours des années 1980, la réalisation effective de Broadacre City aux USA. A tort sans doute. Et sous d'autres formes (moins denses notamment) que celles que tu évoques.

C'était ma petite contribution. Une planète-ville, peut-être vers 2943, même si j'en doute sincèrement. Mais avant 2100, je n'y crois pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
homogeographicus



Nombre de messages : 166
Localisation : qq part en France
Date d'inscription : 09/09/2005

MessageSujet: Re: Coruscant, planète ville, avenir ou science fiction   Ven 14 Avr à 16:05

Non, pas 2050, c'est trop rapide (même si j'ai pu être effrayé par mes premiers résultats trop hatifs).
2200 peut être mais si l'étalement n'est pas maitrisé, on court à la catastrophe...
Actuellement rien d'alarmant (à peine 2% de couverture artificialisées), pas de quoi rationner le plancton (soleil vert à comprendre). Nous ne sommes qu'au début d'une phase de lente croissance et d'accroissement des dynamiques de la ville (dans l'hypothèse d'une non maitrise)


la ville s'accroit, c'est un fait. Aller à l'inverse de ces preuves empiriques, c'est se voiler la face... le périurbain, c'est aussi de la ville et un premier stade, le mitage en est un second, la suburbanisation est troisième phase avant une complete conversion.
Pas de discours alarmiste bien entendu mais tout de même, il faut être responsable, je crois. Par le SDEC, Bruxelles a fait le choix du developpement durable. Tant mieux...

Quant aux references, mon cher Miguel, je crois que nous avons une divergeance de point de vue mais la variété est l'expression même de l'évolution et de la Nature même si les mécanismes de base restent généraux et globaux. Les différences et variations sont, il me semble, avant tout le fait des interactions. La régionale ne peut donc pas être contestée, les faits sont à l'epreuve de toute théorie. Mais que cela ne limite pas le rationalisme des mécanismes globaux explicatifs en géographie.
Pour completer mon argumentation, je citerais les spécialistes de la question :

M. Roncayolo "La ville et ses territoires"
Bretagnolle A. "Les systèmes de villes dans l’espace-temps : effets de l’accroissement des vitesses de déplacement sur la taille et l’espacement des villes". Thèse de doctorat
G. Dupuy "Les territoires de la ville"
G. Dupuy "La ville et l'automobile"
Wiel M. "la transition urbaine ou le passage de la ville pedestre à la ville motorisée"
Wiel M. "Ville et automobile"
Bussiere R. "interaction urbaine le modèle de la CRU"
Peguy P.Y. "Analyse economique des configurations urbaines et de leur étalement", doctorat economie Lyon II
Tabourin E. "L’étalement urbain : un défi pour les transports - Localisations des Activités et des Résidences sur les Territoires et Inductions Spatialisées des Trafics en 2020 : le modèle LARTIST appliqué à la région lyonnaise, Habilitation à Diriger les Recherches, Université Lumière Lyon 2
Lepetit B. Pumain D. "Temporalités urbaines"
G Dupuy "la dépendance automobile"
Frankhauser P. "Les fractalités des structures urbaines"
Pumain D. "La dynamique des villes"
Pumain D., Sanders L. Saint Julien Th. "Ville et auto-organisation"
et les américains... qq uns pour ne pas trop s'étaler
J. Garreau "Edge City"
Muth R.F. "Cities and Housing"
Fujita M. "Urban Economic Theory"
Cervero R. "America's Suburban Centers"
Alonso W. "Location and Land use"
+ ttes les references Economie géographique en partant des celebres Ogawa Fujita (et il y en a bc) et les applications théoriques (rentes, densité...)
Newman Kenworthy (c'est pareil bc de ref surtout des articles)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coruscant, planète ville, avenir ou science fiction   Aujourd'hui à 1:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Coruscant, planète ville, avenir ou science fiction
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cinéma : Joyeux Noël
» DECOUVERTE D'UNE PLANETE HABITABLE : fiction ou réalité ?
» Avenir apres DUT ???
» La question de l'avenir de la planete selon le pape Benoit XVI
» [Topic unique] Exploration de la planète Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Géographies :: Aménagement et urbanisme-
Sauter vers: