La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les zones 30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Les zones 30   Ven 15 Juil à 18:22

Voici une question dont Miguel et moi avions discuté en privé il y a quelque temps. Miguel, si tu veux comme moi et pour aller plus vite copier-coller ta réponse et que tu ne la retrouves plus, fais-moi signe, je l'ai encore

La mairie de Lyon a fait récemment une consultation par la poste quant à l'établissement d'une "zone 30" au centre-ville - en gros : toute la presqu'île entre Perrache et Croix-Rousse, plus le quartier historique de l'autre côté de la Saône, moins quelques axes majeurs (je vous mettrai une carte si j'en trouve une).

A titre indicatif, j'ai voté oui.

Mon réflexe écolo-urbain-voiturophobe-de-base c'est de me dire que "c'est bien" (moins d'accidents, et moins graves surtout, moins de pollution, moins de bruit).

Mais quelque chose me dit que c'est un peu "simple" comme raisonnement, et que l'établissement des "zones à 30 km/h" tient un peu aussi d'une mode, pas forcément rationnelle, comme le tramway.

Existe-t-il un minimum de réflexion urbanistique sur ce sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïwenn



Nombre de messages : 178
Localisation : Thaïlande
Date d'inscription : 12/07/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Ven 15 Juil à 21:47

Ca m'intéresse de connaître l'avis de Miguel sur la question !

Pour ma part je n'en ai pas trop, sauf que les zones 30 sont rarement respectées... Dans ma ville par exemple ça ne marche pas, sauf dans les rues trop étroites ou/et fréquentées pour faire autre chose. Mais faut dire que les panneaux sont très mal placés, on les voit à peine. Alors à quoi servent-ils ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Ven 15 Juil à 22:24

Sisyphe me retransmettra la réponse que j'avais envoyée à sa question, je n'arrive pas à mettre la main dessus. J'avais pourtant écrit une tartine sur ce sujet.

Dès qu'il me la transmet, je la re-poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Sam 16 Juil à 0:11

Réflexion urbanistique. La juxtaposition de ces deux termes me fait toujours rire, car s'il est bien un domaine, dans ce monde stupide, où la réflexion est quasiment absente, c'est bien l'urbanisme. J'exagère évidemment. Les théoriciens de l'urbanisme et de l'aménagement sont nombreux, Ildefons Cerdà se retournerait dans sa tombe, Françoise Choay (auteur d'un excellent ouvrage sur l'histoire de l'urbanisme) et Pierre Merlin me jetteraient un regard de fusil pour ne pas dire un coup de pied au derrière, si je répétais, convaincu, que la réflexion en urbanisme n'existe pas.

Mais je n'exagère pas tant que ça. Les vrais théoriciens de l'urbanisme sont plus nombreux dans le passé que dans le présent (ce qui rejoint, finalement, l'idée chère à Auguste Comte - si je me souviens bien - que l'humanité est composée de plus de morts que de vivants). L'urbanisme est - pour reprendre Pierre Merlin - une praxis ; à ce titre, elle souffre, justement, de ce manque de recul que même les universitaires n'ont jusqu'à présent pas su éviter, trop engoncés dans des opérations importantes qui leur demande d'être présents en tant qu'experts dans des comités de consultation, des comités directeurs où l'on mange des petits pâtés en croûte et où l'on boit du champagne en s'extasiant devant l'action du maire qui a fait pousser de jolies fleurs sur les ronds-points de la commune.

Bref, revenons à nos zones 30 et à la réflexion urbanistique. Réflexion urbanistique sur les zones 30 ? L'expression me fait encore plus rire que la simple juxtaposition des termes "réflexion" et "urbanisme". Je suis cynique, je sais. Je le suis pour une grande raison, en fait : si les "zones 30" contribuent en effet à une plus grande tranquillité dans les secteurs concernés (moins de vitesse, c'est souvent moins de voitures, donc moins de bruit ; tu noteras que ce passage ne nécessite pas d'étude théorique particulièrement poussée, s'agissant d'une simple déduction logique), elle n'a en aucun cas pour objet (malgré ce qu'en disent les dirigeants) de faire diminuer la pollution. Quant à la sécurité, j'y reviendrai plus loin.

En ce qui concerne la pollution, tu sais comme moi que la pollution émanant d'une agglomération de la taille de Lyon ne peut être diminuée par l'instauration d'une zone 30 dans un quartier central. Premièrement parce que la zone, même aussi grande que la presqu'île à laquelle on ajoute le quartier historique (Fourvière ? je ne me souviens plus vraiment de la géographie lyonnaise, seulement dans les grandes lignes, et j'ai la flemme d'aller voir) est restreinte ; deuxièmement parce que l'on se trouve dans un contexte où l'augmentation des déplacements (en nombre et en distance parcourue) et où l'augmentation de la part de la voiture dans les déplacements concerne en priorité la périphérie (banlieue + espaces péri-urbains), et que par conséquent, ce n'est pas le centre qu'il faut viser si l'on a des objectifs environnementaux purs (il faut viser l'ensemble, avec un regard accru sur la périphérie) ; troisièmement parce qu'une zone 30 reste simpliste au regard des grands problèmes de pollution : a-t-on réellement mesuré la vitesse moyenne dans les quartiers concernés avant et après les mesures instaurant les zones 30 ? Je n'ai pas connaissance d'études de ce genre, et je ne suis pas sûr de l'impact environnemental de telles mesures.

La sécurité. Certes, il y a diminution de vitesse (encore que je demande des preuves qu'elle est significative). Tout dépend de la taille du quartier. Il existe des zones 30 qui sont en fait une seule rue : plus de tranquillité, certes, mais plus de sécurité je n'y crois pas. La sécurité et son contraire sont souvent plus perçues que réelles. Sur une seule rue ayant compté 1 accident en 2004, on aura instauré une zone 30 début 2005 ; fin 2005, on aura compté 0 accident. Doit-on, à cette échelle, considérer que la zone 30 aura empêché 1 accident ? Certains plongent dans cette réflexion stupide, certains maires, certains dirigeants, certains urbanistes. C'est triste. Mais dans le cas dont tu me parles, le quartier semble assez étendu, je suis même surpris qu'on veuille faire une zone 30 sur un aussi grand secteur (peut-être ai-je une mauvaise perception de la surface considérée). La mairie de Lyon (pourquoi n'est pas la Communauté Urbaine de Lyon ? les compétences devraient avoir été transférées pourtant, et les zones 30 relèvent de la compétence Transports et non de la compétence Voirie d'intérêt local) indique-t-elle le nombre d'accidents dans le document qui accompagne le formulaire pour la consultation ? Donne-t-elle des indications sérieuses ? Ou dit-elle simplement "c'est dangereux, on va faire une zone 30, ce sera mieux" ? Je serais curieux de connaître les caractéristiques de l'accidentologie de ces quartiers. Quoi qu'il en soit, sur un quartier central assez étendu, on peut s'attendre à un certain fléchissement des accidents.

Donc, l'influence des zones 30 :
- sur pollution : non
- sur calme : oui
- sur sécurité : p-e

Quant à la question de la mode : oui. Les zones 30 sont un reflet de ce qu'on appelle le "nouvel urbanisme" et que certains chercheurs incluent dans le pack des "nouveaux services à la mobilité", ces derniers constituant en fait tout ce qui sort des formules traditionnelles pour se déplacer (en contradiction avec les théories à la Le Corbusier - souvenons-nous des autoroutes à Paris). Il faut prendre en compte le contexte actuel de l'idéologie urbanistique, qui consiste à dire "trop de voitures, vive le bus et le tramway". Presque toutes les grandes villes de France ont succombé au tramway ou à des formules similaires, avec plus ou moins de succès (on se souvient des ratés de Bordeaux et de Nancy, des plaintes d'Orléans, des aberrations de Nice ; il existe des expériences plus réussies comme à Strasbourg). On pense de plus en plus à instaurer des péages aux abords des villes (sujet tabou en France, même si on en parle à demi-mot pour Paris ; sujet réalisé à Londres, avec le succès-échec que l'on sait). On veut se débarrasser des voitures. Alors on les emmerde : telle est la politique de Denis Baupin, maire-adjoint de Paris chargé des transports, que j'avoue soutenir pleinement. Et au milieu de tout cela, la réduction de la vitesse en ville, avec l'instauration des zones 30. C'est une mode, oui. Vers 2050, on les supprimera, je ne sais pas pourquoi, mais le temps nous le dira.

Je ne suis pas sûr que mes élucubrations rédigées à la va-vite te donneront véritablement des éléments de réponse suffisants. Il me faudrait me plonger dans ce dossier pour apporter un avis plus éclairé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Maud



Nombre de messages : 7
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Je suis plutôt d'accord avec la zonne trente   Mar 19 Juil à 0:40

Il est bon de ne pas rouler vite quand tout s'agitte autour de nous. Ramenons le piétons son respect et sa dignité, le véhicule à moteur n'est plus manifestement le roi et pis tant pis pour ceux qui ne sont pas content, il mangeront leur colère un bout de temps après ils s'habituront.
Pour moi le ralentissement de la vitesse reglementaire est une excellante chose surtout au niveau psychologique. Les riverains ne se sentiraient-ils pas mieux dans leur "quartier" dans une zone où la voiture (et tout ce qui va avec) n'est pas la plus respecté.
Par exemple, Les zones trente permette un aménagement différent des rues et des axes de circulation. Il remets en valeur des boutiques, petits commerces, les piétons se sentent plus à l'aise de la traverser, la parcourir, y flâner. Je pense que les zones trente sont une continuité des zones piétonnières où on a bani la voiture (Youpi!). On en va pas mettre tout la presqu'île en piétons mais c'est sûr que ça va en énervé plus d'un. Peut-être est-ce les quais et les ponts qui vont rendre énervé certains automobilistes habitués de faire du 70 tranquille pour traverser la ville ou aller d'un point A à un point B. Car même si conduire à Lyon n'est pas simple, c'est quand même pas les énormes bouchons, si je ne m'abuse ! Cool
Je pense en effet et pour fini que les zones trente ont un impact sur le cadre de vie, mais pas sur les pics de pollution en ville. Mais réduire le passage de voitures en centre ville peut s'avérer très bon pour l'économie tertiaire et de petits commerces et aussi pour le dynamisme de quartier, qui est bon pour une ville c'est sûr ! Pas besoin d'être urbaniste pour savoir ça ! Même si mon parcours de géographe peut m'aider à construire cette réflexion, nous n'aimons pas les voitures nous les piétons ! Et surtout celles qui roulent vite !!!!!!!!!!!!!!!!!!
À bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka



Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Je suis plutôt d'accord avec la zonne trente   Mar 19 Juil à 11:24

Maud a écrit:
Car même si conduire à Lyon n'est pas simple, c'est quand même pas les énormes bouchons, si je ne m'abuse ! Cool
C'est sûr qu'on doit pouvoir trouver pire, notamment à Paris, m'enfin, selon les heures et les quartiers, ça peut quand même être une vraie galère. J'ai déjà fait 10 kilomètres en deux heures, c'est pas vraiment ce que j'appelerai de la circulation fluide !

Sinon, en ce qui concerne la pollution, les zones trentes ne font peut-être pas baisser directement la pollution, mais ne peut-on pas s'attendre à ce que les automobilistes pressés, excédés par la limitation de vitesse, décident d'éviter le centre ville ?
Bien sûr, ça ne fait que déplacer la pollution du centre vers la périphérie, mais c'est peut-être quand même bénéfique dans le cas d'une ville comme Lyon, qui souffre d'un effet "cuvette", non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Matéo



Nombre de messages : 5
Localisation : La chambre du fond
Date d'inscription : 16/06/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Mar 19 Juil à 11:38

Miguel, j'ai attentivement lu ton avis sur les zones 30.

Effectivement, l'impact sur la pollution d'une mesurette peut rester limité. Ceci étant, ce n'est pas pire que les couloirs de bus à Paris (je suis pour les couloirs de bus, je précise) qui ont le plus souvent pour effet de reporter la circulation (et donc la pollution) sur les axes les plus proches.

Pour ce qui est de la vitesse et donc de la sécurité, je n'ai aucune donnée concernant les zones 30 mais je cite l'exemple des axes civilisés à Paris, et certains boulevards où la vitesse a été limitée grâce à des détecteurs de vitesse qui déclenchent les feux rouges dès que les voitures dépassent une certaine vitesse. Je sais pas si tu t'en rappelles, Miguel, je crois qu'on nous en avait parlé pendant notre DESS.
Bref, je me dis, de manière peut-être naive, que si, dans ce cas, la vitesse a baissé, la sécurité n'a pas que connaître l'évolution inverse.

Quant à ta réflexion sur la fin de la réflexion urbanistique, d'un côté j'adhère à fond, de l'autre je me demande si le problème ne se pose pas en d'autres termes.
Peut-être qu'à une époque où le pouvoir politique se donnait les moyens de réaliser de grands projets, les grands cerveaux se donnaient, eux, la peine d'imaginer ce qui était réalisable.
Aujourd'hui, il te faut 25 ans pour construire un couloir de bus. Entre le préfet de police, les maires d'arrondissement du bord opposé, les associations d'automobilo-riverains et les architectes de France, je ne vois pas vraiment ce que le maire de Paris peut faire en moins d'un mandat.
Paris est un Etat dans l'Etat.
En arrivant à Paris il y a 2 ans, j'ai dû me taper des bouquins pour comprendre le contexte politique local. D'où je viens, le président de l'agglo a un projet, il a pleine autorité pour cela, l'agglo a l'autorité sur l'organisation des transports et son président engage les travaux (ce qui ne l'empêche pas de voir des milliards d'associations s'opposer à lui). A Paris, le pouvoir est tellement morcelé et surtout, juxtaposé, qu'il est peut-être devenu décourageant de vouloir entreprendre de grandes choses. Alors, du coup, pourquoi fonder de grandes théories ? Regardez, Delanoé se fait presque lyncher lorsqu'il évoque le fait de réhausser le gabarit des immeubles. Sans pouvoir fort, à quoi bon engager une réflexion forte ?
C'est peut-être cynique et pessimiste mais bon, y a peut-être un peu de vrai là-dedans. Je sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Mar 19 Juil à 14:42

Merci Matéo pour tes remarques.

Je suis d'accord avec toi sur les couloirs de bus et sur le fait que les zones 30 ne sont pas pires. Quant à la sécurité, je voulais surtout dire que la tranquillité augmente quelle que soit l'étendue considérée, que la sécurité ne s'accroît, quant à elle, que dans le cas d'une aire d'action suffisamment grande pour que les résultats soient significatifs (avec des mesures statistiques suffisantes).

D'accord avec toi, également, sur la question de Paris, Etat dans l'Etat : il suffit de comparer le temps de mise en place d'un couloir bus comme la ligne 38 (et les autres, qui étaient prévus et qui ne sont toujours pas lancés), avec le temps de la mise en place de la première ligne de métro au tournant XIX-XXème siècle.

Et tu as raison d'évoquer, en partant de cette dernière observation, le fait que le manque de recul et/ou de réflexion en matière d'urbanisme est peut-être lié au manque de moyens des politiques urbaines. C'est un aspect à considérer au même titre que celui que j'évoquais moi-même.

Je voulais revenir, aussi, sur ce qu'a dit Maud, au sujet de l'aménagement des zones piétonnières, et des zones, plus généralement, où l'on diminue la vitesse. Economie tertiaire et commerces favorisés, certes : les analyses tendent à montrer que la mise en piétonnisation (néologisme affreux) des quartiers entraîne une amélioration des conditions du commerce. Mais il faut, pour cela, convaincre les commerçants qui sont parmi les plus conservateurs en matière d'urbanisme et ne voient que les travaux (parfois à juste titre) dans les projets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Mar 19 Juil à 23:49

Citation :
. Premièrement parce que la zone, même aussi grande que la presqu'île à laquelle on ajoute le quartier historique (Fourvière ? je ne me souviens plus vraiment de la géographie lyonnaise, seulement dans les grandes lignes, et j'ai la flemme d'aller voir) est restreinte

Citation :
La sécurité. Certes, il y a diminution de vitesse (encore que je demande des preuves qu'elle est significative). Tout dépend de la taille du quartier. Il existe des zones 30 qui sont en fait une seule rue : plus de tranquillité, certes, mais plus de sécurité je n'y crois pas. La sécurité et son contraire sont souvent plus perçues que réelles. Sur une seule rue ayant compté 1 accident en 2004, on aura instauré une zone 30 début 2005 ; fin 2005, on aura compté 0 accident. Doit-on, à cette échelle, considérer que la zone 30 aura empêché 1 accident ? Certains plongent dans cette réflexion stupide, certains maires, certains dirigeants, certains urbanistes. C'est triste. Mais dans le cas dont tu me parles, le quartier semble assez étendu, je suis même surpris qu'on veuille faire une zone 30 sur un aussi grand secteur (peut-être ai-je une mauvaise perception de la surface considérée)

L'étendue de la zone trente proposée est justement ce qui m'a fait voter "oui" - ou plus exactement, qui m'a fait voter tout court, c'est-à-dire considérer que le projet avait un peu de sérieux et d'ambition.

Cela étant, il faut bien reconnaître que ce vote consultatif avait un petit air de déjà-vu : voulez-vous voter oui pour une ère de prospérité et de félicité éternelle et sans pollution ? Ou bien non ce qui causera l'arrivée des locustes, le transformation du Rhône en fleuve de sang et beaucoup de nuisances sonores ?

Le fait est également que le projet s'inscrit dans une série d'aménagements qui ont au moins le mérite de la cohérence, sans que je sache encore s'ils seront efficaces : j'ai parlé des "vélo'v", je pourrais ajouter
la réfection des carrefours au sud de Bellecour, avec la création "d'oreilles de Mickeys"...

Effectivement, je n'ai pas de donner chiffrées à te donner en matière d'accident.

Dans le quartier historique, la question se pose peu : ce sont des rues de type médiévales, très étroites, la moitié sont déjà piétonnes et dans les autres il est matériellement très difficile de rouler au-dessus de trente. Donc c'est symbolique.

Au nord de Bellecour, la question est plus aiguë, mais encore limitée : car ce sont des rues larges, mais abondamment interrompues par des feux, limitées dans leur rectitudes par des zones piétonnes (il faut tourner), et qui ne sont que partiellement droites.

En revanche, dans le sud de Bellecour, "l'accidentogénéité" me paraît bien plus grande (même si ce ne sont peut être que des impressions de ma part ?) : car les rues sont totalement droites, se coupent à angle droit, et sont très étroites, ce qui a deux conséquences : d'une part elle sont toutes à sens unique, donc les conducteurs n'ont pas la moindre "impression" de danger : pas de voiture devant dont il faille tenir compte, et pas de doublement possible. D'autre part, comme les carrefours ont une logique de priorité simple (deux sens uniques, donc une seule possibilité de croisement ou de changement de direction), il n'y aucun feu. Bref, rien, absolument rien qui ne pousse le conducteur à ralentir (tournant, chaussée à partager, feu). Conséquence : les voitures, comme on dit, "déboulent", largement au-dessus des 50 km. Le fait que les deux côtés soient stationnables jusque à la limite du croisement ou presque (d'où les "oreilles de Mickey" mises en place) rend même les piétons et les croisement invisibles. Je souvent eu très peur, même si effectivement, en deux ans, je n'aie pas vu ou entendu parler d'accident.

Citation :
La mairie de Lyon (pourquoi n'est pas la Communauté Urbaine de Lyon ? les compétences devraient avoir été transférées pourtant, et les zones 30 relèvent de la compétence Transports et non de la compétence Voirie d'intérêt local)

Shocked Alors là j'en sais rien ! Le mille-feuille institutionnel à Lyon est encore plus poussé qu'ailleurs ; mais j'en parlerai dans un autre topique.

Citation :
Il est bon de ne pas rouler vite quand tout s'agitte autour de nous. Ramenons le piétons son respect et sa dignité

Je pense que c'est là, au fond, le véritable "intérêt" des zones trente : au niveau strictement symbolique. Quelle que soit sont implication réelle sur la sécurité ou la pollution, elle est une récupération symbolique par le piéton de l'espace urbain. De la même manière que les zones piétonnes, ou justement que le tramway...

... Il n'est pas prouvé en effet que le tramway soit moins polluant que l'autobus, il ne l'est forcément pas moins que le trolley, et il est même plus dangeureux, puisqu'un trolley peut braquer pour éviter une grand-mère, pas un tram ; du coup les trams sont obligés de rouler en-dessous de leurs potentiels - ça se sent à Lyon : les trams ne prennent de la vitesse que sur le pont, où ils ont une voix spéciales non-susceptible d'être traversée par des piétons. Bref, le tram est en partie absurde.

Mais un tram "c'est beau", n'étaient les cathénaires. Il manifeste concrètement sa présence dans la ville par ses voies, ses rails, ses quais et sa démarche. Alors que le bus ou le trolley ne sont que des évolutions de la voiture, le tram paraît en être la négation. Donc les gens aiment le tramway, à commencer par les édiles.

Maud a écrit:
Par exemple, Les zones trente permette un aménagement différent des rues et des axes de circulation. Il remets en valeur des boutiques, petits commerces, les piétons se sentent plus à l'aise de la traverser, la parcourir, y flâner. Je pense que les zones trente sont une continuité des zones piétonnières où on a bani la voiture (Youpi!). On en va pas mettre tout la presqu'île en piétons mais c'est sûr que ça va en énervé plus d'un. Peut-être est-ce les quais et les ponts qui vont rendre énervé certains automobilistes habitués de faire du 70 tranquille pour traverser la ville ou aller d'un point A à un point B.

Miguel a écrit:
Je voulais revenir, aussi, sur ce qu'a dit Maud, au sujet de l'aménagement des zones piétonnières, et des zones, plus généralement, où l'on diminue la vitesse. Economie tertiaire et commerces favorisés, certes : les analyses tendent à montrer que la mise en piétonnisation (néologisme affreux) des quartiers entraîne une amélioration des conditions du commerce. Mais il faut, pour cela, convaincre les commerçants qui sont parmi les plus conservateurs en matière d'urbanisme et ne voient que les travaux (parfois à juste titre) dans les projets.


Pour les ponts et les quais, justement (et mon quais en particulier Evil or Very Mad ), et d'une manière générale les grands axes : ils vont rester à 50 km /H (cad un bon soixante). Le contraire serait tout simplement impossible. Sauf à bannir vraiment les voitures, comme le propose Miguel.

L'effet sur le petit commerce ? Confused A vrai dire, je le redoute un peu : les zones piétonnes sont agréables, mais précisément il est facile de constater qu'elles sont également un "aimant à bobos", dont la "flânerie" est "l'habitus" essentiel.

En rendant la rue plus flânantes, on favorise les commerces que j'appelerais "de superflu" ou "de plaisirs" N'ayez pas d'idées mal tournées , cad ceux où l'on achète autre chose que le nécessaire (alimentaire/équipement de base) : luxe, bien sûr, mais avant eux : habillements, décorations (le fameux achat-coup-de-coeur), opticiens, épiceries bio et autres antiquaires ou libraires etc.

Ce n'est pas en soi la zone piétonne qui fait disparaître les superettes, les quincaillers et les laveries. Simplement, plus les commerces "de superflu" prennent de la place, et moins les commerces de nécessité en ont.

Une des choses que je supporte le plus mal à Paris, c'est la quasi-absence de magasin de "nécessaires". Au quartier latin, il faut faire deux kilomètres pour trouver un épicier arabe, six fois plus petit que le plus petit arabe de Lyon.

L'évolution des commerces et la gentrification du centre de Lyon est un problème épineux et totalement d'actualité : on parle beaucoup des achats à la découpe par des fonds de pension américain sur la rue de la République, et des hausses de loyer de 600 % en ce moment.

Mais quel sera l'impact réel de la zone trente sur cette évolution ? J'ai encore du mal à débrouiller mes fantasmes de "populo", malheureusement contraires à mes désirs "d'écolos" !

Maud a écrit:
Car même si conduire à Lyon n'est pas simple, c'est quand même pas les énormes bouchons, si je ne m'abuse

Sonka a écrit:
C'est sûr qu'on doit pouvoir trouver pire, notamment à Paris, m'enfin, selon les heures et les quartiers, ça peut quand même être une vraie galère. J'ai déjà fait 10 kilomètres en deux heures, c'est pas vraiment ce que j'appelerai de la circulation fluide !

Lyon a ses bouchons, mais le problème est moins épineux qu'à Paris. Du moins, c'est l'effet ressenti par les habitants... La réalité scientifique, je n'en sais rien.

La différence, c'est qu'à Lyon la question des bouchons se pose essentiellement sur des accès extérieurs, et sur leurs prolongements immédiats à l'intérieur de la ville ; alors qu'à Paris, les bouchons sont partout.

Rolling Eyes En fait, le cas de Sonka pose le problème de fond : Sonka habite une commune périphérique, et son utilisation automobile du centre-ville n'est qu'une partie mince de sa "praxis" automobile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka



Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Mer 20 Juil à 10:42

Sisyphe a écrit:
Lyon a ses bouchons, mais le problème est moins épineux qu'à Paris. Du moins, c'est l'effet ressenti par les habitants... La réalité scientifique, je n'en sais rien.

La différence, c'est qu'à Lyon la question des bouchons se pose essentiellement sur des accès extérieurs, et sur leurs prolongements immédiats à l'intérieur de la ville ; alors qu'à Paris, les bouchons sont partout.

Rolling Eyes En fait, le cas de Sonka pose le problème de fond : Sonka habite une commune périphérique, et son utilisation automobile du centre-ville n'est qu'une partie mince de sa "praxis" automobile.
Certes, certes, mais là je ne parlais pas des bouchons sous Fourvière (qui, je le précise au passage, commencent désormais en heure de pointe en bas de chez moi, soit quand même à au moins 10 km du tunnel !!!), non ce mémorable embouteillage était en plein cœur de Lyon, pas en périphérie ! Je ne sais pas si c'est un phénomène courant (pourtant, ce jour-là n'avait pas d'évenement exceptionnel qui pût causer un bouchon, au contraire c'était pendant l'été (et pas dans un quartier de transit des vacanciers)), car depuis, je fuis comme la peste la voiture dans Lyon, sauf le samedi ou le dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Jeu 15 Sep à 19:42

Smile Bien, je me dois de vous signaler la suite de cette opération urbaine.

Le résultat du référendum postal a été révélé dans le dernier numéro du bulletin municipal : 62,38 % de oui. J'ignore sur combien de votants, car la première phrase de l'article en question est singulièrement ambiguë : "A 62,38%, les 40.000 foyers des quartiers concernés dans les [différents quartiers] se sont prononcé pour la pérénnisation de la zone 30 sur le territoire experimenté depuis mars" - confused mais ces 40.000 sont-ils le nombre de foyers à qui un courrier a été envoyé, ou le nombre de ceux qui ont effectivement répondu ? C'est pas clair.

La mairie présente évidemment cela comme une victoire. confused A vrai dire je suis très sceptique. Si l'on considère la manière dont le scrutin a été présenté :

a. Scrutin purement consultatif sur un projet déjà entamé.
b. Feuille accompagnant le bulletin expliquant carrément que la mise en place de la zone 30 apporterait paix, fin de la pollution, bonheur et prospérité, alors que le vote non amènerait pluies acides, embouteillage et invasion de sauterelles (bref, vote un tantinet orienté)

Je trouve que le score n'a rien de bien folichon. Car a priori, le comportement du voiturophile de base aurait plutôt été de penser que ce scrutin n'était pas sérieux, que de toute façon on allait l'embêter et que donc ça ne valait pas la peine de répondre à ce scrutin. Donc qu'il se soit trouvé malgré tout 40% de gens pour faire l'effort de voter non sans y croire, ce n'est pas vraiment bon signe.

Smile Vous me direz que je fais de la psychologie électorale de bazar (d'autant que j'ai voté oui). Reste qu'en valeur absolue, ça fait quand même 40 % d'opposants.

Or c'est beaucoup pour un projet qui ne peut pas fonctionner sans le consentement tacite des automobilistes. Car rien ne vient pour l'heure empêcher de dépasser le 30 km/h dans les rues trop droites de Perrache-Bellecour, sinon une police municipale pour l'instant invisble.

Car, si j'ai bien vu des panneaux "zone trente", je n'ai pour l'heure pas vu beaucoup de voitures à trente à l'heure ; je pense même que la plupart des contrevenants sont de bonnes fois et n'ont pas vu un panneau si insignifiant dans des rues qu'ils connaissent trop bien.

Il est vrai en revanche que les micro-aménagements se sont multipliés : oreilles de Mickey, feux, quelques contournements...

La municipalité présente ce "succès" (incertain, donc) couplé avec le succès (réel, lui) des Vélo'v. Sans doute les deux projets se tireront l'un et l'autre (plus il y aura de cyclistes, plus on tentera de faire respecter les zones trente)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka



Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Les zones 30   Ven 16 Sep à 0:45

Sisyphe a écrit:
Car rien ne vient pour l'heure empêcher de dépasser le 30 km/h dans les rues trop droites de Perrache-Bellecour, sinon une police municipale pour l'instant invisble.

Car, si j'ai bien vu des panneaux "zone trente", je n'ai pour l'heure pas vu beaucoup de voitures à trente à l'heure ; je pense même que la plupart des contrevenants sont de bonnes fois et n'ont pas vu un panneau si insignifiant dans des rues qu'ils connaissent trop bien.

Il est vrai en revanche que les micro-aménagements se sont multipliés : oreilles de Mickey, feux, quelques contournements...
Ben, c'est rvai que pour les grand axes, ça va être dur, mais pour les petits, t'inquiète, ils savent y faire. Du côté dechez moi, ça pousse comme des champignons les zones 30 (c'est la saison remarque), eh bien y savent très bien y faire : rétrécissements de rue avec un trottoir de 4 mètres et les voitures obligées de se laisser passer les unes les autres, chacune leur tour, des ralentisseurs partout, des feux, etc. enfin, c'est simlple, dans mon bled, on sait plus où passer, ça va bientôt prendre aussi longtemps pour aller acheter le pain que pour aller à Lyon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les zones 30   Aujourd'hui à 1:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Les zones 30
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Complement de 2 Zones Centrale DSC Powrer 832
» attribution des zones en filaire...?
» Augmentation des zones marines mortes dans le Monde
» MG5050 : le nombre de zones est donné pour 5 filaires MAIS..
» Hollande veut des enseignants expérimentés en zones difficiles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Géographies :: Aménagement et urbanisme-
Sauter vers: