La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petite note sur la croissance d'une ville : Aveiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Petite note sur la croissance d'une ville : Aveiro   Dim 18 Déc à 12:31

Je suis tombé sur un très bel ouvrage en portugais, intitulé Aspectos da Organização do Espaço Português (Aspects de l'organisation de l'espace portugais), écrit par Alfredo Durão de Matos Ferreira, membre de la FAUP (Faculté d'Architecture de l'Université de Porto). Cet ouvrage s'intéresse aux relations entre quelques agglomérations et leur site (topographie, données naturelles de base), comment ces villes ont grandi dans l'Histoire, surtout récente.

Dedans, Aveiro est un exemple intéressant. J'aurais souhaité parler plutôt de la ville de Guarda, seule agglomération urbaine ibérique avec Avila (Espagne) à se trouver au-dessus de 1 000 mètres d'altitude, mais l'absence de photos aériennes dans GoogleEarth fait que je ne peux pas illustrer la période la plus récente. C'est bien dommage parce que Guarda illustre bien les agglomérations qui se scindent en deux, une partie haute historique et une partie bien plus basse qui s'accompagne d'une gare de chemins de fer.

Aveiro est une petite capitale de district d'environ 75 000 habitants d'après le recensement de 2001. Elle est située à environ 75 km de Porto, 60 km de Coimbra. Il s'agit d'une ville historiquement liée à la Ria d'Aveiro, vaste lagune protégée par une longue flèche sableuse ; des canaux la parcourent. Son destin est intimement lié au destin de la ria, puisque la ville a décliné chaque fois que l'ouverture vers la mer s'est trouvée mise en difficulté.

L'ouvrage que j'évoquais plus haut donne à voir (entre autres) deux cartes intéressantes : une carte de 1900 et une autre de 1985. L'échelle, disons qu'entre les deux ponts qui enjambent le cours d'eau dans la ville et la voie ferrée, il y a à peu près 1 km à vol d'oiseau.

Source : A.D. de Matos ferreira, 1995, Aspectos da Organização do Espaço Português, Porto : FAUP, 143 p.

Cette première carte montre un petit bourg de pêcheurs, complètement tourné vers la lagune. Les activités sont aisées à deviner : pêche, saliniculture (les petites zones quadrillées sont des marais salants), probablement un peu de pisciculture, et de l'agriculture, principalement de subsistance, dans les parties intérieures, qui expliquent l'habitat en quasi-continu le long des routes partant d'Aveiro. On peut alors imaginer un parcellaire rural en lames de parquet, c'est-à-dire fait de longues parcelles rectangulaires. Aveiro est alors très tournée vers la lagune, on peut le voir à son tissu dense au Nord du petit cours d'eau qui traverse la ville (ce cours d'eau, c'est le Vouga, prononcez Vôga). Bien différencié, un autre petit noyau, villageois, se voit à l'Est : c'est le village d'Esgueira. La gare de chemin de fer existe déjà (implantée, je crois, autour de 1890), mais elle n'a pas encore d'effet notable, si ce n'est un ou deux gros bâtiments (plus gros que les maisons par ailleurs) qui pourraient représenter une activité économique profitant de la proximité de la gare (?). Mais l'axe de principal développement semble être, à ce moment-là, la route un peu tortueuse menant à Esgueira, au Nord.

Passons à la deuxième carte, 85 années plus tard.


Source : A.D. de Matos ferreira, 1995, Aspectos da Organização do Espaço Português, Porto : FAUP, 143 p.

Esgueira existe toujours à l'Est ; l'habitat rural s'est densifié, on est déjà dans un contexte qui ressemble peu à peu à de la périurbanisation, ce ne sont plus tout à fait des vrais ruraux qui habitent là, encore que l'agriculture ait encore une bonne place dans l'activité régionale. L'axe Aveiro - Esgueira s'est considérablement densifié. Le tronçon de voie ferré le plus au Nord, qui longe la lagune au Nord de la ville, a donné lieu à une légère intensification du bâti, visiblement de type industriel. La ville a grossi et on peut voir de nombreux quartiers récents dans la partie Sud, là où la place est plus facile à trouver. Mais le fait majeur est la création d'une grande avenue centrale : entre le noyau urbain initial et la gare, on peut voir cette avenue, qui n'existait pas auparavant : elle concentre un bâti visiblement lourd, imposant : ce sont de longs immeubles tout à fait urbains, plus ou moins anciens, allant de 3 étages à 6 ou 7. C'est l'avenue Dr. Lourenço Peixinho, dont la création (probablement dans le premier tiers du XXème siècle) est liée à la présence de la gare. La ville peut commencer à se développer d'une autre manière qu'à partir de ses activités traditionnelles. Aveiro, à partir de là, va grandir en se développant de part et d'autre d'un axe et non plus de manière demi-circulaire à partir d'un noyau bien identifié.

Ci-dessous, vue de la gare : à gauche l'avenue centrale, à droite une rue que l'on distingue facilement sur les cartes et qui part de la gare en idrection WNW (et rejoint l'ancien axe principal reliant Aveiro à Esgueira).


Source : site internet http://www.av.it.pt

et puis, un dernier document, tiré de Google Earth, centré sur la ville d'Aveiro :



que l'on peut voir en grand format ici :


C'est la ville d'aujourd'hui, qui s'articule de part et d'autre d'un axe central, l'avenue Dr. Lourenço Peixinho (avec le rond-point central, construit au-dessus d'un canal, à l'Ouest), et dont le développement, au-delà de cet espace, est comme fragmenté par les différentes infrastructures de transport : on voit très bien comment la voie ferrée (axe Nord-Sud au centre de la photo) coupe l'espace en deux. Ce qui implique 3 mouvements différenciés d'expansion, assez liés entre eux en fonction des choix faits par les aménageurs : une expansion vers le Nord, où l'on voit encore de l'espace agricole ; une expansion vers le Sud, déjà largement consommée par le campus universitaire (en-dessous de la mention Aveiro, Portugal, vers le Sud-Ouest de la photo), et puis une expansion entre les mailles des infrastructures et au-delà, ce qui se traduit par des hésitations, un tissu qui se dédensifie globalement. Ainsi, on peut voir au Nord-Est un énorme bâtiment au toit gris-blanc, à côté d'un échangeur autoroutier (notez, aussi, l'autoroute qui coupe Aveiro de sa lagune, au Nord) : ce bâtiment est un énorme centre commercial (Feira Nova, une sorte de Carrefour local), et juste à l'Est de ce bâtiment,c'est la photo ci-dessous : un grande zone d'activités commerciales, en liaison avec le stade construit pour l'Euro 2004, qui répond à un développement de plus en plus tourné vers l'extérieur, la rurbanisation si on peut l'appeler comme ça.



Voilà, c'était donc une petite note rapide sur le développement d'une ville portugaise, assez intéressante puisqu'elle illustre quelques faits historiques importants, la dissociation progressive entre un espace urbain et son site, l'importance des infrastructures de transport, l'aménagement d'un axe privilégié de développement, et les nouvelles problématiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
 
Petite note sur la croissance d'une ville : Aveiro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anniversaire théme musique
» révision bem 4ème besoin d'aide
» VD # S01 E12 - Une petite ville pas si tranquille
» Un monstre polymorphe perturbe la quiétude d'une petite ville sud-africaine
» NDE : Une mystique vivante à connaître : La petite rien du tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Géographies :: Espaces, populations, sociétés-
Sauter vers: