La face de la terre

Forum consacré à la géographie
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Beaujolais arrache ses vignes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Le Beaujolais arrache ses vignes   Lun 12 Sep à 22:20

http://www.liberation.fr/page.php?Article=321294

L'article est encore en ligne pour quelques jours, je résume :

Pour mettre fin à la surproduction, et conséquemment à la crise foncière que connais le Beaujolais (les terrains se vendent à vil prix), 3000 hectare sur 23.000 font être arrachés. L'Union Européenne en effet paie 6300 € par hectare de vigne arraché définitivement, sans fixer de limite - les responsables de la profession essaient seulement d'organiser la chose, pour éviter de perdre des coins bien exposés, et cherche à obtenir un surplus de la part du conseil général, pour qu'au total l'arrachage se monte à 10.000 € par hectare.

En date du 5 septembre, le conseil général (son président est UDF) était d'accord, mais à la condition "que l'on mesure bien les conséquences sur le paysage", car ils craignent les risques d'érosion, de dispersion des parcelles et "d'équilibre sociologique des villages". Un responsable viticole précise "Quand on passe en-dessous d'une centaine d'hectares, la vigne n'est plus centrale. Elle devient un élément perturbateur, moins bien accepté par les nouveaux arrivants".

L'article signale aussi que presque deux-tiers des vignerons sont en fait bi- ou triactifs. Et que les vignerons possèdent en moyenne moins de 8 hectare par exploitant. La vente souffre aussi d'avoir beaucoup d'intermédiaires (seuls 17% de vente en direct), et de nombreux viticulteurs "sont totalement déconnectés du marché".

Bref, explique le même responsable : au-delà de l'arrachage, il semblerait souhaitable que la production du Beaujolais se modernise.

*

Il y a plusieurs manières de réagir à cette article. La plus citadine consistant à s'étonner qu'on puisse être payé par l'Union pour arracher des vignes (ou tuer des vaches ou jeter du lait) - mais c'est une réalité ; on a beau le savoir, et même le comprendre, ça choque toujours notre conception (idéalisée) de la vie rustique et de la production agricole.

On peut s'interroger aussi sur le mélange de modernité et d'archaïsme de notre agriculture, et spécialement de notre viticulture.

Ce qui m'a plutôt frappé, moi, c'est l'intérêt du conseil régional pour le "paysage" ; c'est une donnée de la géographie assez récente, et je suis étonné qu'elle soit déjà si bien intégrée par les élus locaux.

Enfin bref, l'information me paraissait pouvoir intéresser des géographes ( :drunken: le beaujolais aussi ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sonka



Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mar 13 Sep à 13:48

Sisyphe a écrit:
Pour mettre fin à la surproduction, et conséquemment à la crise foncière que connais le Beaujolais (les terrains se vendent à vil prix),
tu veux dire quoi par vil prix ? Cher ou pas cher ? Car il me semble justement que le Beaujolais est assez prisé en termes d'immobilier. D'ailleurs, ça se comprend, c'est très beau. Mais on peut effectivement se demander si ça va continuer à être beau si on enlève les vignes, puisque c'est ça qui fait une grande partie du charme... Pourvu qu'ils y filent pas en plus des immeubles en béton ! Rolling Eyes

Sisyphe a écrit:
Il y a plusieurs manières de réagir à cette article. La plus citadine consistant à s'étonner qu'on puisse être payé par l'Union pour arracher des vignes (ou tuer des vaches ou jeter du lait) - mais c'est une réalité ; on a beau le savoir, et même le comprendre, ça choque toujours notre conception (idéalisée) de la vie rustique et de la production agricole.
C'est vrai que je suis souvent choquée par le coup du lait, des légumes, etc., mais là ça me choque pas. d'ailleurs, ça me semble être pas tout à fait du même ordre : on ne paie pas les gens pour qu'il jettent un truc à la poubelle, on réorganise le territoire et on indemnise les gens pour leurs pertes. Exactement comme quand on on te rachète ton terrain parce qu'on veut y faire passer l'autoroute ou le TGV. Sauf que là, les viticulteurs vont rester propriétaires de leur terrain en plus, c'est ça ? Bon, c'est vrai que pour ça, une indemnisation semble superflue car ils tireront certainement un bon prix de leurs terrains, mais je pense que c'était le déclic pour les inciter à défricher.
Donc, comme je le disais, ça ne me choque pas tellement car c'est nécessaire je pense (trop de mauvais vin dans le Beaujolais), je ne me fais pas de souci pour les terrains, ils trouveront preneurs, je m'en ferais plus pour les viticulteurs et leur conversion ou baisse de revenus. Sais-tu de quoi il s'agit quand ton article parle de bi-ou tri-activité ? Parce que je ne vois pas trop quel métier on peut combiner à celui de viticulteur en fait...

Sisyphe a écrit:
On peut s'interroger aussi sur le mélange de modernité et d'archaïsme de notre agriculture, et spécialement de notre viticulture.
Tu parles de la techniques, ou bien des méthodes marketing, etc ? Si on parle de la technique, bah... je sais pas ce que tu veux dire par mélange de modernité et d'archaïsme, mais y'a parfois des choses qui sont possibles et d'autres non. Par exemple, l'automatisation des vendanges, elle est possible dans le Bordelais ou en Champagne, mais pas dans le Beaujolais ! La plupart des terrains sont trop escarpés je crois, trop irréguliers etc. Et là où c'est possible, il faudrait replanter la vigne pour l'adapter aux machines, ce qui évidemment prend deeeeeees années !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Sisyphe
Co-modérateur


Nombre de messages : 1281
Localisation : Morteau la prémontagnarde, Lyon la très urbaine, Montbéliard l'industrielle, et la Grèce lointaine
Date d'inscription : 31/05/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mar 13 Sep à 15:43

Sonka a écrit:
tu veux dire quoi par vil prix ? Cher ou pas cher ? Car il me semble justement que le Beaujolais est assez prisé en termes d'immobilier.

Vil prix veut dire "pas cher", oui.

L'immobilier de construction, certes. Mais le prix de vente des cépages eux-mêmes ne cesse de dégringoler (l'article et d'autres sources disent qu'il y a dix ans ils se vendaient uniquement "sous le manteau", entre initiés, alors qu'aujourd'hui on trouve quantité de petites annonces dans des journaux même pas spécialisés).

Mais tu abordes là un point également important : l'attrait "rurbanistique" du Beaujolais, lui, n'a jamais été aussi fort. C'est un des aspects traditionnels de la crise des campagnes.

C'est d'ailleurs, si je comprends bien, ce que redoute le conseil général : ce qui m'étonne, parce que d'habitude, les élus locaux aiment bien voir arriver des rurbains : ils achètent les terrains à des prix fous et démultiplient les foyers fiscaux, donc les rentrées des impôts fonciers.

Mais comme tu dis :

Citation :
D'ailleurs, ça se comprend, c'est très beau. Mais on peut effectivement se demander si ça va continuer à être beau si on enlève les vignes, puisque c'est ça qui fait une grande partie du charme... Pourvu qu'ils y filent pas en plus des immeubles en béton !

Citation :
Sauf que là, les viticulteurs vont rester propriétaires de leur terrain en plus, c'est ça ?

A la base, oui : c'est eux qui vont arracher leur propre terrain. Mais ça m'étonnerait qu'ils conservent ensuite des terrains vides, qu'il est par ailleurs assez difficile de réaménager pour un autre emploi agricole.

Citation :
Tu parles de la techniques, ou bien des méthodes marketing, etc ? Si on parle de la technique, bah... je sais pas ce que tu veux dire par mélange de modernité et d'archaïsme, mais y'a parfois des choses qui sont possibles et d'autres non. Par exemple, l'automatisation des vendanges, elle est possible dans le Bordelais ou en Champagne, mais pas dans le Beaujolais ! La plupart des terrains sont trop escarpés je crois, trop irréguliers etc. Et là où c'est possible, il faudrait replanter la vigne pour l'adapter aux machines, ce qui évidemment prend deeeeeees années !

En l'occurence, il s'agit surtout des méthodes mercatiques (soyons francisants Wink ). Le vigneron qui remplit ses cuves sans se poser de question puis qui attend le négociant, ça fait un peu Zola ou Maupassant...

... C'est d'ailleurs étonnant de lire cela, parce que le Beaujolais est sans doute le cépage qui a su organiser le meilleur "coup marketing" de toute la viticulture : le "beaujolais nouveau", véritable "évènement" à peu près aussi soigneusement organisé que la rentrée littéraire de M. Houellebecq - j'ajouterais bien "et aussi m*rdique", mais je ferais courrir des risques au forum de Miguel affraid ; car la filière veille avec jalousie sur ce coup de marketing comme les lawyers sur "l'oeuvre" de Dan Brown (je suis de mauvaise foi : je l'ai pas lu : tu te souviens de ce méga-procès et de la méga amende (annulée en appel) infligée à une toute petite revue oenologique, parce qu'un chroniqueur avait osé écrire que le beaujolais nouveau était "un vin de merde" ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mar 13 Sep à 19:26

Article intéressant, en effet. Deux questions me semblent importantes d'un point de vue géographique.

La première concerne, comme tu l'as souligné, Sisyphe, l'intérêt du Conseil Général pour le paysage. Il existe, il faut le préciser, un DESS Paysages à Tours et un DESS Jardins historiques, patrimoine, paysages (Ecole d'Archi de Versailles, me semble-t-il). Celui de Tours répond clairement à une nécessité qui apparaît de plus en plus prégnante. Pas si récent que cela en géographie malgré les apparences, l'intérêt pour le paysage s'affirme désormais à cause, entre autres, de deux facteurs : "perturbations" des espaces liée à l'urbanisation des populations (accompagnée par un abandon progressif des espaces ruraux ; arrêtons là les mythes sur la rurbanisation profonde, elle reste négligeable à l'échelle nationale, il faudrait que les journalistes du Point et du Nouvel Obs le comprennent une fois pour toutes), croissance du tourisme national et "vert", du fait (entre autres) des modifications de répartition des congés (diminution du temps de travail, etc.). Un autre facteur à prendre en compte est l'émergence de la notion d'environnement, issue, peut-être de la fin des années 1960-milieu années 1970 (avec mai 68 comme feu d'artifice), qui implique un très fort regain d'intérêt, de la part des populations, pour le paysage, l'aspect et le contenu de l'espace alentour.

Le second point à souligner tient au devenir des espaces actuellement viticoles, et à leur répartition. L'article montre les inquiétudes autour de l'érosion des terres et de la dispersion de celles-ci. Les structures agraires font, dans le Beaujolais, la part belle aux micro-parcelles (moins de 8 ha en moyenne par exploitant ; avec, probablement comme ailleurs, des propriétés qui ne sont pas d'un seul tenant, ce qui me fait penser qu'on arrive facilement à 5 ou 6 ha par parcelle ; avec également, comme ailleurs, 10% des parcelles représentant 70% de la surface totale, et on arrive à 3-4 ha par parcelle en moyenne ; évidemment, je ne me base que sur des suppositions, je perds en rigueur et peut-être en crédibilité ; mais posons-nous la question, en l'absence de données). Risques d'érosion à contrer, donc. De quelle manière ? En reconvertissant les terrains en question dans une autre agriculture ? Difficile. En urbanisant ? Urbaniser comment ? Urbaniser pourquoi ? Maintenir, par le jeu des institutions, un paysage soigné, "naturel" ? L'article ne précise pas si le Conseil Général (et Régional, et les municipalités, et les agglomérations, et d'autres entités) ont déjà entamé une réflexion sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Sonka



Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mer 14 Sep à 16:18

Sisyphe a écrit:
tu te souviens de ce méga-procès et de la méga amende (annulée en appel) infligée à une toute petite revue oenologique, parce qu'un chroniqueur avait osé écrire que le beaujolais nouveau était "un vin de merde" ?
C'était pas une petite revue oenologique, c'était une grande revue lyonnaise indépendante, non ? Mon père la lit, à l'époque j'avais suivi le débat, c'est vrai qu'il vaut mieux pas tomber dedans car c'est typiquement un sujet à troll... Evitons ça à la Face de la Terre Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Sonka



Nombre de messages : 162
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mer 14 Sep à 16:23

Miguel a écrit:
"perturbations" des espaces liée à l'urbanisation des populations (accompagnée par un abandon progressif des espaces ruraux ; arrêtons là les mythes sur la rurbanisation profonde, elle reste négligeable à l'échelle nationale, il faudrait que les journalistes du Point et du Nouvel Obs le comprennent une fois pour toutes)
C'est peut-être hors-sujet là, mais par "rurbanisation profonde", tu entends "fort mouvement de rurbanisation" ou "rurbanisation des campagnes profondes" ? Pour la deuxième variante, je suis d'accord, c'est pas près d'arriver. Mais sinon, on voit quand même une forte migration des urbains vers la périphérie, et y compris la périphérie lointaine. Tu me diras que c'est peut-être plus de l'extension des villes que de la rurbanisation à proprement parler, je sais pas... Mais dans cette perspective, je pense que le Beaujolais est la banlieue lyonnaise de demain. Il n'est déjà actuellement pas rare de voir des gens travaillant à Lyon habiter à Villefranche. Je pense que dans quelques dizaines d'années, ça sera peut-être la norme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.almaztrad.com/
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mer 14 Sep à 17:01

La "rurbanisation profonde", c'est la rurbanisation des campagnes profondes. Elle est très négligeable.

Le mouvement qui conduit les citadins à aller s'installer en périphérie, c'est de la péri-urbanisation ou périurbanisation (on le trouve tantôt avec un tiret, tantôt sans le tiret).

Les deux phénomènes ne relèvent absolument pas de la même logique. En ce qui concerne la péri-urbanisation, il s'agit d'un mouvement très fort depuis les années 1970, dont on a pu montrer les liens avec la construction des autoroutes et le développement de la motorisation des ménages : l'augmentation des vitesses en milieu urbain tend à augmenter la taille des agglomérations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
Miguel
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 829
Age : 37
Localisation : Paris - Estarreja (Portugal)
Date d'inscription : 15/02/2005

MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Mer 14 Sep à 17:03

J'ajoute que le terme de rurbanisation, outre qu'il est très moche, recouvre une réalité plutôt sociologique que proprement géographique. L'urbanisation est quasi-inexistante, et le caractère urbain désigne surtout les caractéristiques des nouveaux venus (jeunes ménages, 30 ans, 2 enfants, 2 voitures, cadres dynamiques etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://geographie.forumactif.com
bleuenn0
Invité



MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Jeu 13 Mar à 14:09

C'est bien joli d'arracher mais qu'est-ce qu'elles deviennet ces parcelles nue? Car, et heureusement, elles ne sont pas toutes constructibles!

Les exploitants peuvent-ils les mettre en herbes ou planter autres choses?Ou doivent-ils attendre plusieurs année?

Cà serait dommage de laisser à nue ces terres!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Beaujolais arrache ses vignes   Aujourd'hui à 3:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Beaujolais arrache ses vignes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pluie en Beaujolais
» Escargots des vignes
» Un Lynx dans le Beaujolais ?
» Vol virtuel au-dessus des Monts du Beaujolais
» relevage des vignes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La face de la terre :: Outils, ressources, réflexion :: Actualité et géographie-
Sauter vers: